En Corse également les militants de l'environnement risquent leur vie

Publié le 23 Novembre 2016

Une militante de l'association écologiste U Levante a risqué sa vie dans un attentat à Sotta en Corse du sud.

Elle est très impliquée dans des dossiers "chauds" concernant des infrastructures empiétant toujours plus sur l'environnement dans le secteur de PortiVecchju.

Passer à l'acte de cette façon : explosion au domicile de la personne qui était seule est comme le dit Alma d'une grande lâcheté mais démontre la détermination de ceux qui font régner la terreur pour le compte de grands profiteurs.

Ici comme partout dans le monde, chaque jour atteint des militants engagés en leur ôtant la vie.

Défendre les causes environnementales n'a jamais été aussi périlleux qu'en ces temps où profit et mépris règnent sur le monde avec une avidité et une voracité sans nom aux dépens de la nature, aux dépens de la pachamama et des bienfaits qu'elle est en mesure de procurer encore pour longtemps aux hommes si on sait les économiser.

Il est important de responsabiliser les citoyens aussi bien à la cause environnementale qu'aux risques que prennent ses défenseurs.

Les gens qui s"occupent de la politique politicienne n'ont de cesse de nous alerter du risque de 3e guerre mondiale en raison des tensions et des peurs que cette même politique fait régner sur le monde, mais je pense moi que la 3e guerre mondiale on est déjà dedans, les deux pieds bien au chaud.

Elle avance chaque jour dans la destruction du "nid" qui porte et protège les hommes, dans la destruction de certains êtres qui ont une conscience plus développée que d'autres et elle est dans la destruction des espèces tout simplement et du dérèglement occasionné par toutes les fractures que l'on inflige à la planète et par elles, les hommes qui y vivent se fracturent irrémédiablement.

Parce que si la pensée des peuples premiers semble désuète pour beaucoup de personnes, semble enfantine et poétique, elle n'en dit pas moins que l'homme sans son environnement n'est rien. Elle dit qu'il ne faut prélever que ce dont nous avons besoin (en cela les grands pilleurs et pollueurs se gavent et respectent cette pensée) mais elle dit aussi qu'il faut être reconnaissant.

Là, il n'y a plus personne.

Quid de celui qui va dire merci au châtaignier pour sa récolte de fruits ?

Qui va dire merci au maïs pour la présence sur la table de la tortilla ?

Qui va dire merci à la vigne pour ce doux breuvage à la couleur de prune qui glisse son propos dans le verre à pied ?

Alors, de tout coeur avec les militants qui défendent la planète, qui défendent leurs idéaux, qui défendent nos droits. Une grosse pensée (la fleur) à cette militante courageuse.

Ya basta la terreur organisée !!

Caroleone

Ci-dessous le lien vers l'article d'Almanito : 

Rédigé par caroleone

Publié dans #PACHAMAMA, #Solidarités, #Réflexions

Repost 0
Commenter cet article

almanito 23/11/2016 12:37

Merci Caro d'avoir repris l'info, vraiment sympa d'autant que la presse continentale en fait peu écho, voire même pas du tout. Il fut un temps pas si lointain où pour se faire entendre des gouvernements (quels qu'ils soient) on faisait sauter les constructions illégales. Naturellement on retrouvait toujours très vite les "cagoulés" et on les mettait en prison. Mais je te parie ce que tu veux que les auteurs de cet attentat par contre ne seront jamais retrouvés. Parce que le but a toujours et par tous les moyens, été de bétonner la Corse pour en tirer le maximum de fric. Je ne les ai pas en tête mais les taxes payées par la Corse à la France inhérentes au tourisme sont, contrairement à ce que l'on essaie de faire croire, largement supérieures aux aides que l'on octroie à la Corse. Alors évidemment, tous les coups bas sont permis!!!

caroleone 23/11/2016 13:41

Il serait dommage que je relaie les répressions sur des environnementalistes d'Amérique latine et pas celles qui ont lieu pas loin de nous.
Et puis ça me touche beaucoup quand on s'en prend aux militantes. J'espère quand même que la justice va faire son boulot même si comme toi je n'y crois pas trop mais il ne faut rien lâcher.