Cuba - Discours d'Evo Morales Ayma, président de l'Etat Plurinational de Bolivie

Publié le 30 Novembre 2016

C'est quand même beau un peuple "opprimé" qui se lève en masse pour saluer une dernière fois un "dictateur" !!

C'est quand même beau un peuple "opprimé" qui se lève en masse pour saluer une dernière fois un "dictateur" !!

Paroles d'Evo Morales Ayma, Président de l'État Plurinational de la Bolivie.

Vive Cuba! (Exclamations de : "Viva!”)

Vive Fidel ! (Exclamations de : "Viva!”)

Vivent les peuples anti impérialistes! ( Exclamations de : "Viva!”)

Merci beaucoup soeurs et frères.

Je salue le frère Raúl , le Gouvernement; le peuple cubain :

La profonde admiration pour cette unité, cette force du peuple cubain.
Ces dernières heures j'ai écouté la presse bourgeoise pro impérialiste qui disait : "Maintenant que fera Cuba sans leader ?"
Et nous sommes en train de voir, le monde entier est en train de voir le peuple cubain le plus uni, le plus fort qui ne se laissera jamais vaincre par cette domination impérialiste (Applaudissements et exclamations de : Unité, Unité, Unité!, et  Cuba, Cuba, Cuba! Je suis Fidel, je suis Fidel, je suis Fidel!).

Soeurs et frères :

Je viens au nom du peuple bolivien, au nom des mouvements sociaux : des ouvriers du pétrole, des mineurs,  des manufacturiers, du pacte d'unité, du mouvement paysan indigène originaire, des voisins, des transporteurs,de pratiquement tous les secteurs sociaux, pour exprimer notre respect, notre affection, notre admiration et, surtout notre reconnaissance au peuple cubain, à son gouvernement, à Fidel pour tant de solidarité, pas seulement avec la Bolivie, mais avec les peuples du monde (Applaudissements). Vous dire au nom du peuple bolivien : merci beaucoup soeurs et frères, pour ce travail, pour cette ligne politique dans la libération des peuples du monde depuis Cuba.

Au peuple dévoué du frère Fidel, à sa lutte pour la souveraineté des États et la dignité des peuples du monde. L'un des plus grands legs de Fidel est de faire que la politique est l'arme morale la plus noble pour la libération des peuples du monde.

Fidel a mis Cuba sur la carte du monde, en luttant contre la cupidité de l'empire et le monde reconnaît Fidel comme une épopée inaccessible en ces temps et il le sera pour toute l'humanité.

Fidel a démontré au monde qu'il n'y a pas d'empire perpétuel ni de pouvoir impérial impuni. Fidel a battu les Nations Unies aux États-Unis avec la raison et pour la justice, parce que les États-Unis ce qu'ils obtiennent c'est avec le chantage, les conditions et les invasions pour la domination des peuples du monde.

Fidel n'a pas seulement garantit l'éducation et la santé pour Cuba. Il a sorti de l'analphabétisme beaucoup de peuples du monde et avec la santé il a fait des miracles pour les plus humbles du monde.

Merci beaucoup, Fidel! (Applaudissements).

Fidel a été un vrai père des exclus, des marginaux, des discriminés, des plus pauvres du monde. Fidel nous apprend que le chemin unique de nos peuples est l'unité et l'intégration. Fidel est justement un vrai constructeur de la paix sociale.

Je veux vous dire, soeurs et frères, Fidel n'est pas mort, parce que les peuples ne meurent pas, du moins les peuples qui luttent pour leur libération, celui-là c'est Fidel (Applaudissements). Fidel n'est pas mort, parce que les idées ne meurent pas, du moins ces idées qui fertilisent le chemin de l'émancipation. Fidel n'est pas mort, parce que les luttes ne cessent pas, du moins ces luttes qui sont destinées à rendre digne l'humanité. Fidel est plus en vie que jamais, plus nécessaire que jamais, il est vivant, vigilant, en pensant suivre la lutte pour préserver notre maison commune, en semant des tranchées d'espoir; en parlant des grands rêves, en fixant des buts, en traçant des routes. Fidel n'est pas mort, ne peut pas mourir, Fidel est au-dessus de sa propre vie, est installé pour toujours dans l'histoire de l'humanité (Applaudissements).

L'Amérique Latine et le monde ne peuvent pas se comprendre au XXe siècle sans Fidel et sans Cuba. Fidel et Cuba ont changé le monde. Tant qu'il y aura un socialiste débout, en luttant avec les paroles, avec les idées et avec la force de la raison, Fidel sera entre nous et pour toujours (Applaudissements).

Ils ont essayé de tuer Fidel de mille manières pendant plus d'un demi-siècle, plus de 10 présidents nord-américains et ils n'ont pas réussi. Fidel a vaincu toutes les batailles face à l'empire : la bataille morale, parce que Fidel a lutté pour l'humanité; la bataille politique, parce que les causes de Cuba sont les causes de l'Amérique Latine et du monde; les batailles d'éthique, parce qu'il n'a jamais renoncé aux batailles, il a toujours vécu dans la tranchée. Fidel est de cette classe d'hommes qui naissent seulement des bras d'un peuple révolutionnaire et Cuba est la Révolution que le monde rêve (Applaudissements).

Cuba et Fidel illuminent le monde devant l'ombre ténébreuse de l'empire. Fidel est synonyme d'une lutte anti impériale, parce qu'elle signifie qu'elle est synonyme d'une lutte pour l'humanité.

Je veux vous dire soeurs et frères, sûrement en personne nous ne le verrons jamais plus physiquement, mais la lutte de Fidel, ses idées seront là pour toujours, de Fidel Comandante (Applaudissements).

Je veux dire au peuple cubain, aux peuples du monde, il va me manquer personnellement, il y aura une absence, qui m'apprendra, qui me fera réfléchir, qui me soignera, qui nous soigneront.

Soeurs et frères : mon affection et mon respect, mon admiration à Fidel pour toutes ces choses qu'il a faites pour l'humanité. C'est pourquoi, soeurs et frères, je dis au peuple de Cuba que la douleur qui l'emporte, est aussi la douleur du peuple bolivien, des anti impérialistes du monde. Nous sommes comme jamais unis pour continuer de lutter et pour continuer de libérer les peuples du monde et à sa tête le peuple cubain et le Comandante.

Pour finir, dites avec moi :

Gloire à Fidel! (Exclamations de : "Gloria!”)

Vive Cuba! (Exclamations de : "Viva!”)

Vivent les peuples anti impérialistes du monde! ( Exclamations de : "Viva!”)

Hasta la victoria siempre! (Exclamations de : "Venceremos! "Nous vaincrons!”

Merci beaucoup (Applaudissement).

Traduction carolita du discours d'Evo Morales paru sur le site Cubadebate : 

Rédigé par caroleone

Publié dans #cuba, #Bolivie, #ABYA YALA

Repost 0
Commenter cet article