Chante le sinsonte dans le Turquino (Canta el sinsonte en el Turquino)

Publié le 4 Décembre 2016



Passagers en transition, je change d' avion pour rêver!

– Oui, monsieur; sí, señor.

Né à Cuba, loin, à côté d'une palmeraie.

Circulez, oui. Je pars.

Du sucre ? Oui, monsieur.

Du demi sucre au milieu de la mer.

– Dans la mer ? Une mer de sucre, alors ?

– Une mer.

– Tabac ?

– Oui, monsieur.

Une demi fumée au milieu de la mer.

Et de la chaleur.

– Dansez-vous la rumba ?

– Non, monsieur;

je ne sais pas la danser.

– Anglais ne parlez-vous pas anglais ?

– Non, monsieur; no,señor,

je n'ai jamais pu le parler.

– Passagers en transition, je change d' avion pour rêver!

Des pleurs après. Douleur.

Après la vie et son passage.

Après le sang et son éclat.

Et ici je suis.

C'est déjà le lendemain aujourd'hui.

M. Wood, M. Taft,

adieu.

M. Magoon, adieu.

M. Lynch, adieu.

M. Crowder, adieu.

M. Nixon, 2 adieux.

M. Night, adieu.

M. Night, M. Shadow, 3

adieux!

Vous pouvez aller, animal

foule, qui jamais ne veux vous revoir.

Il est tôt; c'est pourquoi je dois travailler.

Il est déjà tard, c'est pourquoi il commence à faire jour.

La rivière va entre les pierres …

– Bonjour, Fidel.

Bonjour, drapeau; bonjour, écusson.

Palmier, flèche enterrée, bonjour.

Bonjour, profil de médaille, violent barbu

de bronze, machette vindicative dans la main droite.

Bonjour, pierre dure, vague fixe de la Sierra Maestra.

Bonjour, mes mains, ma cuiller, ma soupe,

mon atelier et ma maison et mon sommeil;

bonjour, mon riz, mon maïs, mes souliers, mes vêtements;

bonjour, mon champ et mon livre et mon soleil et mon sang

sans propriétaire.

Bonjour, ma patrie de dimanche habillée;

bonjour, monsieur et madame;

bonjour, montagnard dans la montagne naissant à la vie;

bonjour, garçon dans la rue chantant et brûlant

dans l'aurore.

Ouvrier en armes, bonjour.

Bonjour, fusil.

Bonjour, tracteur.

Sucre, bonjour.

Poètes, bonjour.

Défilés, bonjour.

Consignes, bonjour.

Bonjour, grandes filles comme des tiges chastes.

Chansons, étendards, bonjour.

Bonjour, oh terre de mes veines,

épi serré dans mes poings, clochette

de victoire …

Le champ sent la pluie

récente. Une tête noire et une tête blonde

assemblées vont par le même chemin,

couronnées par le même laurier fraternel.

L'air est vert. Chante le sinsonte* dans le Turquino* …

Bonjour, Fidel



Nicolás Guillén



*sinsonte : oiseau d'Amérique, moqueur polyglotte (mimus polyglottos)
*El Turquino : Pic qui est le sommet le plus élevé de Cuba, 1974 mètres.

Personnages mentionnés

Général Leonard Word. L'un des chefs de la première occupation de l'armée américaine (1899-1902).

William Taft. Secrétaire d'État du gouvernement du président Theodore Roosevelt a fait accomplir l'Amendement Platt et il est devenu gouverneur de Cuba. Après, Président des États-Unis.

Charles Magoon. Il a remplacé Taft comme gouverneur de Cuba entre octobre 1906 et janvier 1909.

Charles Lynch (1736-1796). Propriétaire foncier. Il pratiquait le châtiment extrajudiciaire. Il a donné un nom à la "loi de Lynch", ou lynchage.

Enoch Crowder. Militaire et diplomate américain. L'un des symboles de l'interventionnisme yankee entre 1921 et 1927.


traduction carolita

http://www.adelante.cu/index.php/es/coberturas/145-fidel-en-cmg/7059-canta-el-sinsonte-en-el-turquino

Rédigé par caroleone

Publié dans #La poésie que j'aime, #Cuba, #Chanson du monde, #Fidel

Repost 0
Commenter cet article