Au Chiapas et au Mexique, les marches des Catrinas s'organisent pour dire Stop aux féminicides !

Publié le 2 Novembre 2016

Le Jour Des Morts aura un autre goût au Chiapas et au Mexique. Aujourd'hui deux marches distinctes sont organisées dans la ville de San Cristobal de las Casas, et dans le capitale Chiapanèque Tuxtla Gutierrez, et une autre dans l'après-midi contre l'impunité!

 

La Marche Des Catrinas s'organise pour dire Stop  aux féminicides, dans 7 endroits différents de la république mexicaine. Des compañeras sortiront pour prendre les rues, "parce que les rues sont les nôtres, nous voulons rendre visible qu'au Mexique nous ne nous nous sentons pas sûres pour être femme et nous rappellerons toutes les femmes qui ont été assassinées, violées, celles qui n'ont pas eu de nom."

HALTE AUX FEMINICIDES

Ce n'est pas un nouveau sujet ni sont des cas de pommes pourries. Au Mexique on nous tue pour être femme. Des femmes meurent de la main des féminicides qui nous guettent dans la rue,dans nos maisons, dans les écoles, dans nos familles, dans tous les espaces où nous sommes.

Cette marche veut être faite sans aucun protagonismes, cet événement a été lancé dans les réseaux sociaux "Toutes convoquées parce que toutes, nous sommes traversées d'une façon ou d'une autre par les violences multiples machistes de ce Gouvernement, de cette Société, de ce Pays, de ce Monde et de tous les micro espaces ."

"Nous sortirons des fosses, des canaux, des rivières, des décharges, des valises... Nous quitterons les bourses noires des ordures dans lesquelles nous avons été empballées après qu'ils nous ont tuées et nous prendrons LA VIE QU'ILS NOUS ONT ÔTÉE."

Cet événement est uniquement pour les femmes, avec un visage maquillé de catrina ou de masque ou encore de loup.

MARCHE DES CATRINAS (hora y fecha x la Otra Agenda): 

 

Un peu plus tard une autre marche sera organisée "La Mort Impunie, Ni une petite fille, ni un petit garçon ne doit mourir"


L'organisation Melel Xojolabal invite à une marche contre l'impunité :
"Savais-tu que les petites filles et les petits garçons qui vivent et passent par le Chiapas continuent de mourir pour des raisons qui pourraient être évitées ?

Unis-toi à la Marche contre l'Impunité. Nous sortirons depuis la Plazuela de Guadeloupe, nous avancerons par El Andador et nous arriverons au Centro, où nous partagerons une offrande sur l'autel pour les petites filles, les petits garçons et les jeunes victimes de la discrimination et de la violence.

"Prenons une bougie et levons la voix face à l'injustice."

#MuerteImpune

Le média libre las Subversiones a proposé de faire il y a quelques jours un article diffusé à la page de Radio Zapatista, assez intéressant, à l'égard des mégas marches dans tout le continent américain "Ni Une Plus" sur la condition des femmes sur le continent :

Des femmes affrontent le féminicide : nous ne voulons pas vivre avec la peur

27 octobre 2016
Par Carolina S. Romero
Il est de plus en plus dangereux d'être femme (ou petite fille) au Mexique, où sont tuées sept soeurs, amies, compañeras, mères ou  filles chaque jour avec impunité et avec un niveau de haine et de mépris considéré comme impensable. Des personnes pleines de vie, maintenant torturées jusqu'à en mourir, deviennent les personnages d'une réalisation macabre : l'écorchée, la frappée, l'empalée, l'enfermée dans une valise, la noyée sur un canal d'eaux noires, pratiquement toutes violées. C'est le visage du féminicide.

Lire plus en espagnol

http://radiozapatista.org/?p=19200

traduction carolita d'un article paru sur Espoir Chiapas le 1er novembre 2016 : 

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article