Elégie à Emmett Till

Publié le 31 Octobre 2016

Par Image Editor — 14EmmettTillBefore, CC BY 2.0, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=35817475

 

Le corps mutilé d'Emmett Till, 14 ans, de Chicago, Illinois, a été retiré du Tallahatchie, près de Greenwood, le 31 août, trois jours après avoir été enlevé au domicile de son oncle par un groupe de blancs armés de fusils.... The Crisis, New York, octobre 1955.

Dans l'Amérique des Yankees,
la rose des vents
a son pétale sud éclaboussé de sang.
Il passe le Mississippi,
- le vieux fleuve frère des noirs !
vidant ses veines sur les eaux,
il passe, le Mississippi.
Sa large poitrine soupire
et sur sa guitare barbare,
en passant, le Mississippi
verse de bien cruelles larmes.

Il passe le Mississippi,
il passe et il regarde, le Mississippi,
les arbres silencieux
avec leurs nègres pendus, déjà mûrs,
il passe et il regarde en passant, le Mississippi,
des croix aux flammes menaçantes,
il passe et il regarde en passant, le Mississippi,
les cagoules portant les trois lettres lugubres
- en passant, le Mississippi-
et les hommes de la peur et du cri de haine
-en passant, le Mississippi-
et le brasier nocturne :
lumière cannibale
éclairant la danse des blancs ;
et le brasier nocturne
avec un éternel nègre qui brûle,
un nègre retenant
enveloppé dans la fumée son ventre écartelé,
ses viscères humides
et son sexe traqué,
là-bas, dans le Sud alcoolique,
là-bas, dans le Sud outrageant de son fouet,
-en passant, le Mississippi-

(.....)

Nicolás Guillén - Le chant de Cuba

Rédigé par caroleone

Publié dans #La poésie que j'aime, #Chanson du monde

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
F
Quelque chose qui prend aux tripes... la douleur à l'état pur... la folie au bout du chemin face à tant de cruauté et d'injustice. Une Ode poignante et la voix de Melody Gardot qui donne au tragique et à la douleur une teinte particulière.<br /> Jamais je n'arriverai à comprendre le pourquoi de ces monstruosités. Je vis dans un autre monde.<br /> Merci Caro pour ce beau et douloureux billet<br /> Bisous
C
Je suis comme toi, je ne comprends pas les hommes et ce qui les guide au plus profond d'eux-même me semble en tel décalage avec la pensée que je me fais de l'humanité. J'avais déjà présenté la vidéo de Melody Gardot car de suite elle m'a interpellée et en relisant un livre de Nicolas Guillen j'ai fait le rapprochement entre son poème et la chanson de Gardot. Je ne pouvais pas passer à côté car ce genre de chose se produit peu souvent et j'aime marier les styles musicaux et la poésie, les époques et les genres pour dénoncer et rappeler le devoir de mémoire. Bisous et bonne journée Fanfan.