Une fenêtre s’ouvre pour Mumia Abu-Jamal

Publié le 30 Septembre 2016

L’ancien condamné à mort a eu affaire à Ronald Castille comme procureur, puis comme juge. Les avocates de Mumia Abu-Jamal demandent la révision de son procès. Comme tous les premiers mercredis du mois, le 5 octobre à 18 heures, le collectif français Libérons Mumia ! organise un rassemblement place de la Concorde, à Paris, face à l’ambassade des États-Unis.

Un revirement de jurisprudence de la Cour suprême des États-Unis permet aux avocates de Mumia Abu-Jamal de lancer de nouvelles démarches en vue de sa libération. L’ancien condamné à mort avait épuisé tous les recours. En juin dernier, un prévenu, Terrance Williams, a obtenu de la Cour suprême que sa condamnation à mort en appel soit réexaminée. Ronald Castille, le chef de la Cour suprême de Pennsylvanie, avait participé à cette décision de seconde instance… après avoir été lui-même le procureur de district qui avait signé en première instance en 1986 l’acte de condamnation à mort de Terrance Williams. Après avoir été le procureur, Ronald Castille avait endossé le costume de juge du condamné à mort ! Alors que ce type de coïncidence n’avait jamais posé problème par le passé, la Cour suprême des États-Unis a changé d’avis et demandé un nouveau procès par cinq voix contre trois.

la suite sur l'huma :

Rédigé par caroleone

Publié dans #prisonniers politiques, #Mumia

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article