Perle d'or pour digérer le monde

Publié le 17 Septembre 2016

L’alphabet des vagabonds : P comme Perle d’or pour digérer le monde

Prends
Ceci est mon or
Une parure de feuilles jaunies
Pour un automne qui sévit
Plus dur que jamais.

Prends
Ceci est du miel blond et doux
Une perle à glisser à ton cou
Sur le collier de pierres de l’espérance.

Tu as vu au loin le volcan ?
Il est le père qui surveille
Il est le père qui gronde et fâche
Il est une éternelle vigie.
Parfois il s’éveille et laisse échapper son humeur
Parfois il est calme et beau
Comme un trésor contemplatif
Posé sur un plateau.

Tu as vu le vert profond des pehuens ?
Ils sont comme une touche de gaieté
Dans la cascade jaune de mon expression
Ils sont comme un désir de jeunesse
Dans un monde qui a perdu les caresses.
Pourtant leurs feuilles sont des poignards
Autant de lames autant de flèches
Pour accéder aux nutriments
Il faut de sérieux arguments.

Prends
Sur ton chemin
Vagabondage
Ton regard est comme un corps sage
Qui le temps d’un cliché
A agrafé sur le ravin de son cœur
Une image de pur bonheur.

Prends
L’or qui vient de ma terre-mère
C’est un or qui coule
On ne peut le posséder
Il dépose son mystère
Réchauffe les peines
Boit les soucis
Il est un cataplasme qui brûle les insomnies
Et soulage le temps qu’il faut
La vie de ses douloureux fardeaux.

Carole Radureau (17/09/2016)

Volcan Lanin au Chili

Volcan Lanin au Chili

Rédigé par caroleone

Publié dans #Mes anar-poèmes

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
A
Tout le secret est là: cet or, on ne peut le posséder. Magnifique comme toujours, Caro, et une très belle illustration. Chapeau aussi pour la bannière!
C
Merci à toi.
J'aimerais avoir la bannière avec le volcan près de chez moi, mais je n'ai que d'humbles platanes qui vont devoir changer leur habit vert d'été contre le brun doré de l'automne synonyme de lumière en déclin.