Mexique : Le peuple Chocho ou Chocholteco

Publié le 17 Septembre 2016

image

Peuple autochtone du Mexique qui vit dans la Haute Mixteca dans l'état de Oaxaca.

Autres noms : chuchon, chochon, chocho.

Audodésignation : runixa ngiigua = ceux qui partagent la langue.

Locuteurs : 814

Langue : chocho, langue popolocane du groupe de langues otomangues.

Localisation

13 municipalités du district de Coixtlahuaca

Tepelmeme Villa de Morelos, Concepción Buenavista, San Juan Bautista Coixtlahuaca, Santa Cruz Calpulalpam, San Miguel Tequistepec, Santiago Ihuitlán Plumas, Santa Maria Nativitas, San Miguel Tulancingo, Santa Magdalena Jicotlán, San Francisco Teopan, San Cristobal Suchixtlahuaca, Tlacotepec plumas, San Mateo Tlapiltepec, Santiago Tepetlepa.

4 municipalités du district de Teposcolula

Teotongo, La Trinité Vista Hermosa, San Antonio Acutla, San Pedro Nopala.

la sierra Mixteca

.CC BY-SA 2.5, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=605123

image

Le territoire est composé de chaîne de montagnes de 2000 à 3000 mètres d'altitude avec des pentes abruptes.

La déforestation progresse et les pluies deviennent de plus en plus rares dans la Mixteca.

La sécheresse provoque des récoltes irrégulières et le territoire est peu propice à l'agriculture.

Néanmoins il s'agit d'une agriculture de subsistance avec des cultures de maïs, haricots, courges, orge et blé.

Cueillette de pitahayas (deux couleurs la rouge et la blanche) ainsi que des plantes sauvages.

La rareté des ressources exploitables a provoqué la migration des Chochos dans les grandes villes.

image

En 1954 la construction d'une section de la route internationale est construite sur leur territoire et désenclave les communautés.

En 1967 l'électricité est introduite dans le siège du comté de Coixtlahuaca, San Cristobal Suchixtlahuaca et Santa Maria Nativitas.

image

Avant la conquête espagnole lé région était densément peuplée.

Les épisodes de famine, les épidémies de variole de 1520/1593, de rougeole de 1531, de typhus de 1576 ont fortement affecté la population de la vallée de Caxtlahuaca (Chochotecos, Mixtèques et Ixcatecos).

La religion est celle des catholiques avec encore des traditions ancestrales comme le fait de disposer des tas de pierres sur les routes reliant les villages.

image

Artisanat

Tissage de couvertures en laines, chapeaux en fibre de palme.

Il existe un travail communautaire comme Tequio, il est utile pour réaliser les routes , les écoles, les structures communautaires.

Ce travail participe grandement à la cohésion sociale .

Toute la famille participe aux activités de la maison et à l'organisation des tâches.

Il ne semble pas y avoir d'autorités traditionnelles. Les anciens sont respectés pour leurs connaissances traditionnelles et ils font des efforts pour conserver et transmettre leur langue.

Utilisation du temazcal (bain de vapeur) avec l’emploi de plantes qui participent au rituel de purification.

source : wikipedia, grupoindigena.blogspot

CHOCHOLTECOS

 

image

 

 

Traduction carolita de l'article de l'INPI

 

Dénomination et tronc linguistique

Ils s'autodésignent Runixa Ngiigua, ce qui signifie "ceux qui parlent la langue", alors que la langue est appelée Ngiigua. Leur langue appartient à la famille Oto-Mangue et le groupe comporte trois variantes linguistiques.

 

Langue

Le Chocholteco est un groupe linguistique appartenant à la famille Oto-Mangue, et forme avec le mazateco, l'xcateco et le popoloca la branche popoloca de la famille. Elle est parlée dans l'Etat d'Oaxaca. Et lors du dernier recensement, effectué en 2010 par l'INEGI, 814 locuteurs ont été enregistrés.
Chocholteco a trois variantes :

1. chocholteco de l'ouest/ ngiba 

2. chocholteco du sud/ ngigua 

3. chocholteco de l'est/ ngiba 

Le chocholteco occidental et le chocholteco méridional sont tous deux très menacés de disparition, le chocholteco oriental est très menacé de disparition.

Localisation et zone écologique

Ils vivent dans l'État d'Oaxaca, dans une micro-région formée de treize municipalités du district de Coixtlahuaca : Tepelmeme Villa Morelos, Concepción Buenavista, San Juan Bautista Coixtlahuaca, San Miguel Tequistepec, Santiago Ihuitlán Plumas, Santa María Nativitas, San Miguel Tulancingo, Santa Magdalena Jicotlán, San Francisco Teopan, San Cristóbal Suchixtlahuaca, Tlacotepec Plumas, San Mateo Tlapiltepec et Santiago Tepetlapa, et quatre du district de Teposcolula : Teotongo, La Trinidad Vista Hermosa, San Antonio Acutla et San Pedro Nopala.
Le territoire, occupé par les 17 municipalités, est situé dans la partie nord de la sous-région Mixteca Alta, qui comprend les districts de Coixtlahuaca, Teposcolula, Tlaxiaco et Nochixtlán.
La région où ils vivent est extrêmement accidentée et se compose d'une partie des chaînes de montagnes Teposcolula et Tamazulapa, qui forment le Nudo Mixteco, avec des hauteurs allant de 2 000 à 2 700 mètres au-dessus du niveau de la mer, de petites plaines et des sols pauvres et érodés. Le climat de la région est classé comme sub-humide tempéré, avec des températures annuelles moyennes de 10 à 20°C et des précipitations de 900 millimètres. Les rivières qui traversent le territoire sont la Tequilita, la Xiquila, la Tepelmeme, le Blanco et le San Pedro, toutes à faible débit. La population est alimentée en liquide vital par l'eau et les sources qui abondent dans la région.

La flore et la faune sont très pauvres. Dans la première, on trouve les plantes typiques des terres arides, comme le mesquite, le huizache, l'agave, le cactus, le mûrier, le genévrier, le palmier, le laurier et l'arbousier ; quant à la faune, elle comprend des espèces comme le lapin, le lièvre, le tuza, le tlacuache et certains cerfs ; il existe plusieurs variétés de serpents et de scorpions.

Histoire

À l'époque préhispanique, les villes de Coixtlahuaca étaient densément peuplées, certaines d'entre elles abritant des locuteurs de diverses langues indigènes. La vallée de Coixtlahuaca a été intégrée par les Chocholtecos, les Mixtecos et les Ixcatecos. Il y a 2 500 ans, les locuteurs du Chocho-Popoloca occupaient également la vallée de Tehuacán ; le territoire chocholteco a été réduit par l'expansion des Nahuas au sud et des Mixtèques au nord.
Coixtlahuaca a connu sa plus grande splendeur vers le milieu du XVe siècle, une époque où les commerçants de la côte, du golfe du Mexique et des hautes terres centrales y venaient, ce qui montre l'importance qu'elle avait à cette époque. Alfonso Caso, en parlant de la région de Coixtlahuaca, soutient que c'était l'habitat des chocholtecos ou popolocas de Puebla.

Au cours du XVIe siècle, après la Conquête, la population indigène a considérablement diminué en raison de la famine, du travail excessif et des épidémies de variole en 1520 et 1593, de rougeole en 1531 et de typhoïde en 1576. La population Chocholteca a été tellement affectée qu'en 1597, il ne restait plus que la moitié des affluents dans les villes de Coixtlahuaca.

Organisation sociale

L'organisation du travail communautaire est le tequio, qui consiste en des journées de travail pour la construction ou la réhabilitation de bâtiments publics, la réparation des rues et des routes, la construction d'infrastructures productives, entre autres. Ces tâches, ainsi que les activités proposées par l'État au profit des communautés, sont très opérationnelles.
Au niveau de la famille, l'organisation comprend la participation de tous les membres à des activités productives, de cinq ou six ans à 80 ans ou plus. Le Compadrazgo joue un rôle important dans les relations du Chocholtecos.

Autorités

Aujourd'hui, il n'y a plus d'autorités traditionnelles, mais il y a toujours un grand respect pour les anciens. L'autorité est exercée par le gouvernement municipal dont la fonction principale est d'administrer et de rendre la justice dans la communauté selon des règles internes. Une autre fonction importante des autorités communautaires est de veiller à ce que, dans les périodes établies, les intendants responsables des images conservées dans l'église soient désignés, en particulier celui du saint ou du patron du village. Ils sont également chargés de veiller à ce que les serviteurs de l'église (le procureur et les sacristains) remplissent leurs obligations, notamment pour l'organisation des célébrations de la Semaine Sainte, des posadas et de la veille de Noël, de la Chandeleur pour la bénédiction des semences et de la San Isidro pour la bénédiction des animaux de travail, entre autres.
Lors de l'élection des autorités, ceux qui sont originaires de la communauté, mais pas les résidents ou les migrants, ont le droit d'être candidats.

Religion et cosmovision

Ils croyaient à l'origine en un Dieu de l'Univers qui s'appelait Da'aní ndiú naa'rjuí, ce qui signifie notre Dieu Père de l'Univers ou du Ciel. Avec l'arrivée des frères dominicains (1550), la conversion de la population au catholicisme a commencé, de sorte qu'aujourd'hui la religion qu'ils professent est un mélange de catholicisme et de religiosité préhispanique.
Parmi les éléments liés à leur ancienne religion, on trouve la formation de tas de pierres coniques, qui sont placés par les voyageurs sur les routes qui unissent les peuples chocholteco. La raison de cette coutume est la croyance que, s'ils partent en voyage et ne posent pas ces pierres, ils ne retourneront pas dans leur village. Un autre élément se trouve dans l'idée que les guérisseurs invoquent les esprits de leurs anciens dieux pour effectuer des guérisons.

Activités productives

La principale activité économique du groupe est le tissage de chapeaux, qu'il commercialise ; cependant, les bénéfices qu'il réalise sont minimes, en raison de la thésaurisation de ces pièces par des intermédiaires.
En raison de la pauvreté et de l'érosion des terres, l'agriculture est une activité économique secondaire, sauf dans le cas de Santa Catarina Ocotlán, qui bénéficie de pluies plus abondantes et de meilleures terres, de sorte qu'on y cultive du maïs, des haricots noirs, des haricots et des courges. Dans les autres villes, on produit du maïs, des haricots, des tomates, du chili, des oignons, des radis, de la laitue et des cactus en petites quantités, ainsi que des arbres fruitiers tels que les pruniers, les pêchers, les figuiers, les pommiers, les figuiers de barbarie, les orangers, les citronniers et les mûriers. La technique utilisée pour la culture est celle de la culture sur brûlis, dans laquelle on utilise des outils tels que la charrue égyptienne, la coa, la pelle, la houe et la machette.
L'élevage se réduit à l'élevage de chèvres et, dans une moindre mesure, d'ovins. Les premières sont importantes en tant que nourriture et pour leur vente, et les seconds pour leur production de laine.
L'existence d'une situation économique critique oblige les hommes à émigrer temporairement ou définitivement pour vendre leur force de travail dans des endroits comme Oaxaca, Tehuacán, Puebla, Orizaba, Cordoba et Mexico.
Ce peuple indigène dispose de professionnels qualifiés qui participent activement à l'économie du pays.

Fêtes

Dans chacun des villages Chocholteco, la fête principale est celle du saint patron. À Santa María Nativitas, le 8 septembre, on célèbre la naissance de la Vierge Marie ; à San Pedro Buena Vista, le 29 juin, à l'Apôtre Pierre ; à San José Monteverde, le 15 août, à Saint Joseph ; à Tequistepec et Tulancingo, le 29 septembre, à Saint Michel ; À Concepción Buena Vista, le 8 décembre, à l'Immaculée Conception ; à Coixtlahuaca, le 26 juin, à saint Jean-Baptiste ; à Suchistlahuaca, le 25 juillet, à saint Christophe ; à Ihuitlán Plumas et Teotongo, le même 25 juillet, à l'Apôtre Jacques ; et à Jicotlán, à sainte Marie-Madeleine le 22 juillet.
D'autres festivités importantes sont : à Tepelmeme de Morelos et Tlacotepec, celle du Précieux Sang le 1er juillet ; à Ihuitlán, celle des Saints Rois le 6 janvier ; à Suchixtlahuaca, celle du Seigneur d'Esquipulas le 15 janvier, et à Tepetlapa, celle des Jubilés du 6 au 9 février. Ils célèbrent également la Toussaint le 2 novembre, la Vierge de Guadalupe le 12 décembre, les posadas et Noël.
Ces dernières années, les fêtes religieuses ont été perdues parce qu'elles nécessitent des dépenses qui ne peuvent plus être couvertes.

Gastronomie

La nourriture et les boissons traditionnelles sont très variées, riches en goût et de haute valeur nutritive. Le régime alimentaire est basé sur le maïs, le blé, les haricots, les haricots de Lima, divers types d'épices, les nopales, les œufs de poule et de dinde, les pommes de terre, les graines de courge et le chilacayote, ainsi que sur une variété d'herbes et de fruits de saison, ainsi que sur des insectes et des vers (sauterelles, élevage de guêpes, cocons, vers, ticoco et bien d'autres). En revanche, la consommation de poisson, de poulet et d'autres viandes est rare.

Vêtements traditionnels

Peu à peu, l'usage des vêtements traditionnels s'est perdu. Jusqu'au milieu du XXe siècle, les femmes adultes portaient des jupons longs et larges et un chemisier, et complétaient leur habillement avec une lanilla (chá xragie), un châle en laine blanche, ou avec un rebozo généralement noir. Les jeunes filles, en revanche, portaient une large jupe avec des alforzas colorés ou des circulaires qui se voulaient discrètes ou fleuries, les jupons et les jupes étaient décorés de holanes,
Leurs jupes étaient plus basses que leurs genoux, et ce vêtement était complété par un rebozo et une blouse faits sur mesure. Peignes, bracelets , colliers et boucles d'oreilles faisaient partie de la tenue féminine.
Les hommes portaient des pantalons de couverture attachés à la cheville ou à une hauteur pratique au cas où ils travailleraient dans les champs. La chemise était également faite de couverture ou de tissu marbré, avec des rayures ou des petits carreaux. Le chapeau, les sandales et l'imperméable étaient en laine noire, grise ou bleue, avec des bordures blanches, noires ou rouges. Pour se protéger de la pluie, ils portaient un capisayo, un vêtement fait de feuilles de palmier ou de l'écorce de la tige.

Activité artisanale

Les activités les plus importantes étaient la production de couvertures en laine et de gabanes (cotons) obtenues à partir des moutons de la région, qui ont cessé d'être produites en raison du coût élevé de la matière première utilisée pour leur fabrication, et aussi parce que la production artisanale ne peut pas concurrencer les couvertures industrielles à bas prix. Les chapeaux de palmier sont un autre métier qui tend à disparaître en raison de la faible demande.

ART

 

Musique ou danse

Il n'y a pas de grande tradition de danse. Il n'y a qu'à Santa Catarina Ocotlán que la danse Los Santiaguitos persiste et parfois une autre version de celle-ci est présentée à San Miguel Tequixtepec. Dans les années 70, sous l'influence de la Mission Culturelle, le Jarabe Chocholteco a été créé et sa diffusion n'a pas eu beaucoup de chance, bien qu'à Tlacotepec Plumas et San Juan Bautista Coixtlahuaca il existe plusieurs groupes qui tentent de le revitaliser.
Enfin, dans la plupart des fêtes, La Guelaguetza est présentée dans l'intention de contrecarrer la préférence pour la polka, les sons de Veracruz et les danses d'autres entités.

Médecine traditionnelle

En général, ils considèrent que les maladies sont une punition de Dieu, une conséquence du comportement individuel, et qu'ils sont guéris, dans de nombreux cas, en faisant une "promesse" devant une certaine image du Christ ou de la Vierge Marie, et en ingérant des médicaments faits maison à base de racines, de feuilles et de fleurs de diverses plantes. Les cures se font également par "nettoyage" avec des œufs de poule ou de dinde et des herbes, ou par "prise" de certaines préparations. D'autres moyens de rétablir la santé sont de "tirer le pouls" et de "frotter" ou de masser les parties douloureuses.
 

PHOTOGRAPHIES

Rédigé par caroleone

Publié dans #ABYA YALA, #Mexique, #Chocholtecos, #Peuples originaires

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article