Allain Leprest, l'oiseau bleu-granit (le film)

Publié le 3 Septembre 2016

Comment filmer un chanteur, comment parler d’un artiste ? En 1994, Allain Leprest m’a fait entrer dans son univers, dans sa « maison ». Sa maison, c’était partout, c’était la rue, le bistrot, la scène, la mer, son appartement. C’était l’amitié. Son amitié, avec une confiance quasi acquise, lorsqu’elle était partagée avec quelques verres de vin rouge [la mer boit les marins], avec quelques jeux à gratter, avec son épaule, une cigarette. Je ne connaissais pas Allain. Je l’ai connu grâce à notre ami Emmanuel Michaud, son ange-gardien de l’époque. Allain m’est tombé dessus comme la pluie lourde et rafraichissante. Il est tombé dans mon coeur, sur mon front. Ce fut un choc. C’était une belle époque, celle des concerts, de l’Olympia ... Ce modeste document montre surtout l’être qu’il était en 1994. Comme le disait une dame de France 3 Normandie : « çà ne casse pas trois pattes à un canard ». A l’époque je ne savais quoi répondre. Comme dit Allain dans sa chanson : « à quoi sert à quoi ? ». Tout ce que je peux dire, c’est que ce qui compte dans ce court portrait, c’est qu’Allain existe... et que peu de gens encore hélas, ne connait cet homme unique en son genre. Je donne à « boire » ce petit film grâce aux moyens numériques d’aujourd’hui, sans me demander ce que çà vaut. Allain était chanteur, peintre, ami des amis, la plume de nos plus grands interprètes. Il nous a quitté un mois d’août 2011, dans le petit village de son ami Jean Ferrat. Philippe Troyon

Suivre ce lien pour voir le film et les images :

Rédigé par caroleone

Publié dans #Leprest

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
F
Un petit goût de trop peu et en même temps l'essentiel de la personnalité d'Allain Leprest artiste que j'admire et que j'aime au plus haut point. Le peintre ne m'est pas indifférent non plus. Merci Caro pour ce partage. J'ai déjà dû te dire que j'ai eu le privilège d'entendre cet artiste en septembre 2009 à Paris au LimOnaire. Ce fut un grand plaisir. Un grand souvenir.
Bisous
C
Merci pour le partage Martine et bon week-end.
M
Je l'ai souvent croisé au Limonaire à Paris 9e. Un grand Monsieur.
Merci pour cette publication que je me suis permise de partager avec ceux qu'il côtoyait là-bas.
Belle journée à vous.
C
J'ai trouvé aussi que c'était trop court.
On est de fait et vite attachés à ce garçon plein de talents et de simplicité et avec le temps on apprend a encore plus l'aimer.
Oui tu m'en avait parlé, quelle chance.
Il devait se produire à Magnanville avant que je ne sois investie dans l'association qui gère les spectacles mais il n'avait pas été en état de le faire. Par contre je crois qu'il a chanté à Mantes la ville.
Bisous Fanfan.