Mexique : Les Chatino

Publié le 16 Août 2016

Mexique : Les Chatino

De w:hr:Suradnik:Zeljko - http://en.wikipedia.org/wiki/Image:Chatinochildren.jpg, CC BY-SA 3.0, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=1426076

*****

Peuple autochtone du Mexique qui vit dans le sud-est de l’Oaxaca.

Autodésignation : kitse cha’tño

Langue : chat’ña, langue proche du zapotèque de la famille des langues oto mangues (23.000 locuteurs) Il existe 4 dialectes.

Population : 42.477 personnes

Groupe zapotèque

Mexique : Les Chatino

​image

Les municipalités autour de Juquila :

Santos Reyes Nopala, San Juan Quiahije, San Miguel Pnixtlahuaca, Ppanixtlahuaca et Nopalanixtlahuaca, Santiago Yaitepec, Santa Cruz Zenzontlepec, San Juan Lachao, Santa Maria Temaxcaltepec, Santa Catarina Juquila, Tataltepec de Valdés.

Ils vivent dans une région riche en ressources, d’agriculture.

Mexique : Les Chatino

Le conseil des aînés est la principale autorité dans un système basé sur les rôles civils et religieux.

Ils vénèrent des éléments naturels, le st père soleil, la sainte mère terre, la sainte mère lune, le vent, la pluie, la montagne et le feu.

La fête la plus importante est le festival de la vierge de Juquila le 8 décembre qui est l’occasion d’un pèlerinage.

Le costume traditionnel est composé pour la femme d’une jupe colorée, d’un huipil brodé avec des motifs locaus, des fleurs ou des animaux.

Le tissage se fait encore sur un métier à tisser traditionnel dit de ceinture.

Mexique : Les Chatino

image

Juquila

La culture principale est celle du maïs et des haricots ainsi que d’autres légumes.

Ils pratiquent l’élevage, la chasse et la pêche en activités complémentaires.

Le café est cultivé à l’extérieur des terres près des côtes ainsi que la culture des fruits.

Le tourisme est important surtout à Puerto Escondido.

Le sanctuaire de Santa Catarina Juquila avec une statue de la vierge Marie est vénéré depuis le 16e siècle.

Mexique : Les Chatino

Sur cette vignette du codex Zouche-Nuttall Huit-Cerf est représenté à droite. Au-dessus de lui on peut voir le glyphe de son nom : huit points et une tête de cerf

Par Inconnu — http://juxtlahuaca.org/esp/index.php?action=view&id=126&module=newsmodule&src=%40random42979da2728b3, Domaine public, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=779824

*****

Histoire

Les Chatino auraient rompu politiquement et culturellement parlant avec les Zapotèques de Monte Alban.

Ils auraient formé en 1011/1063 une alliance avec Huit-Cerf-Griffe d’Ocelot, le roi Mixtèque qui étendait sa domination dans la Mixteca et le royaume côtier de Tutupec.

Mexique : Les Chatino

image « Indian collecting cochineal » par José Antonio de Alzate y Ramírez (1737 – 1799). — Newberry Library: Vault Ayer MS 1031. Sous licence Domaine public via Wikimedia Commons -Xocoyotzin

*****

Au moment de la conquête de Tutupec par Pedro de Alvarado en 1522, les Chatino étaient encore les sujets tributaires des Mixtèques.

La population avant le contact était d’environ 250.000 personnes.

En 1544 après deux épidémies la populations tombe à 35.000 personnes et elle chute encore les 100 années suivantes.

Les Chatino prennent leur place dans l’économie planifiée par les espagnols en tant que producteurs de cochenilles pour fabriquer le colorant rouge carmin qui avait alors une grande valeur y compris pour l’exportation.

Mexique : Les Chatino

image

En 1896 les Chatino lancent une insurrection qui s’appelle « la guerre des pantalons ».

Les Chatino comme les autres peuples autochtones sont continuellement dépossédés de leurs terres par le gouvernement et lorsque le gouverneur de l’état d’Oaxaca augmente les impôts, les Chatino de San Juan Quiahije, Tepenixtlahuaca, Panixtlahuaca et Nopala se révoltent. Ils identifiaient leurs ennemis au fait qu’ils portaient des pantalons alors qu’eux portaient toujours leurs vêtements traditionnels. Cette révolte est réprimée brutalement par les troupes fédérales et cela révèle bien les tensions qui existaient alors à cette période de la révolution de 1910.

Dans les années 1930/1950, les paysans sont sollicités pour prendre des crédits pour planter du café sur leurs terres communales ce qui va privatiser leurs terres et engendrer des conflits dans les communautés.

Sources : wikipedia, everyculture.com

Rédigé par caroleone

Publié dans #ABYA YALA, #Mexique, #indigènes et indiens, #Chatino

Repost 0
Commenter cet article