L'indiano

Publié le 30 Juillet 2016

L'indiano

Poundmaker chef des Crees des plaines

Par Prof. Buell, O.B. — Library and Archives Canada, Domaine public, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=28197576

L'INDIEN

Combien de lunes, as-tu vu passer ?
Tu les as regardées naître et s’effacer
Sous un ciel de nuits fanées
De départs, de retours et de flambées.

Combien de cris lancés dans le vent
Que tu ne pouvais même pas entendre ?
Entre les mille tambours grondants
Qui battaient une folle chamade.

Dites à mon fils que le temps est arrivé
Qu’il lève les yeux et regarde vers le soleil.
Poudre noire, tu es rené
Et le chant de guerre berce ton oreille

Dites à mon fils de ne pas pleurer,
Car l’Indien en ville est rentré.

Tu as prié ton Dieu combien de nuits ?
Ces nuits de consentement non-dit
Mais ces rêves abandonnés à sécher
Au soleil ne se peuvent étouffer.

Et le destin t’a emporté ;
Le chevauchant sans peur
Et avec les loups, tu as pactisé
Avec tes yeux d’une autre couleur.

Dites à mon fils que je mourrai debout,
Car j’ai ri au visage de la douleur.
Ce sera en guerrier que je tomberai,
Ce sera par amour que je mourrai.

Dites à mon fils de ne pas pleurer,
Car l’Indien en ville est rentré.

Combien de pluie est tombée sur le grain
Qui ne t’a pas donné un morceau de pain ?
Combien de plumes ont écrit l’histoire
Qui avaient muselé l’histoire ?

Un matin, on t’a vu danser
Sous les nuages des faubourgs
Entre les squelettes d’usines et de tours
Parmi les fantômes de ceux qui s’en sont allés.

Dites à mon fils que le temps est arrivé
Qu’il lève les yeux et regarde le soleil.
Poudre noire, tu es rené
Et le chant de guerre berce ton oreille.

Dites à mon fils de ne pas pleurer,
Car l’Indien en ville est rentré.

Del sangre - Version française – L’INDIEN – Marco Valdo M.I. – 2016

Rédigé par caroleone

Publié dans #indigènes et indiens, #Chanson des peuples

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article