Pobrecito mi patrón

Publié le 13 Juin 2016

Le diable est allé à la mer écrire l'histoire du monde mais il n'y avait pas d'eau; un dieu l'avait bue.

quel commodore en cherchant de l'eau a trouvé du pétrole mais il est mort de soif.

Je ne sais pas qui va plus loin la montagne ou le crabe
mon pauvre petit patron qui pense que je suis le pauvre ...

Qui est-ce qui sait si le fait de s'appuyer est meilleur que le fait de glisser ?
mon pauvre petit patron qui pense que je suis le pauvre ...

Plus que l'or est la pauvreté plus chère dans l'existence . mon pauvre petit patron qui pense que je suis le pauvre ...

Dominer est sa façon de faire et ainsi personne ne se libère
mon pauvre petit patron qui pense que je suis le pauvre ...

L'important n'est pas le prix mais la valeur des choses
mon pauvre petit patron qui pense que je suis le pauvre ...

Que m'importe de gagner dix si je ne sais compter que jusqu'à six
mon pauvre petit patron qui pense que je suis le pauvre ...

Facondo Cabral, traduction carolita

El diablo fue al mar a escribir la historia del mundo pero no había agua; dios la había bebido.

cual comodoro buscando agua encontro petróleo pero se murió de sed.


Yo no se quien va mas lejos la montaña o el cangrejo
pobrecito mi patron piensa que el pobre soy yo ...

Quien sabe si el apolyarse es mejor que el deslizarse
pobrecito mi patron piensa que el pobre soy yo ...

Mas que el oro es la pobreza lo mas caro en la existencia pobrecito mi patron piensa que el pobre soy yo ...

Dominar es su manera y así nadie se libera
pobrecito mi patron piensa que el pobre soy yo ...

Lo importante no es el precio si no el valor de las cosas
pobrecito mi patron piensa que el pobre soy yo ...

Que me importa ganar diez si se contar hasta seis

pobrecito mi patron piensa que el pobre soy yo
pobrecito mi patron piensa que el pobre soy yo ......

Facundo Cabral

Rédigé par caroleone

Publié dans #Chanson du monde

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
A
Hé oui la vraie richesse n'est pas celle qu'on croit...


C'est toi, "Carolita"?
C
Oui, es mi.
C'est mon p'tit nom de traductrice (imparfaite) mais je suis toujours en l'état d'apprentissage . Je crois bien que j'en ai jusqu'à la fin de mes jours ma pauv'dame. Mais ça me plaît, j'adore même cette langue de conquistadores. Et les ouvertures qu'elle me donne quand mon cerveau semble prédisposé.