Assassinat d'un membre de la Brigade de Recherche des Disparus en Oaxaca

Publié le 24 Juin 2016

Assassinat d'un membre de la Brigade de Recherche des Disparus en Oaxaca

Assassinat à Poza Rica, Veracruz, de José de Jesús Jiménez Gaona, membre et porte-parole de la Brigade Nationale de Recherche des Personnes Disparues (Brigada Nacional de Búsqueda de Personas Desaparecidas). José participait aussi à l'organisation Recherche des Parents Marie Herrera (Busqueda de Familiares Maria Herrera A.C),A.C à Poza Rica . Son épouse, Francisca Vázquez Mendoza se trouve dans un état grave à l'hôpital, où elle a été déplacée après avoir reçu au moins trois impacts de balle.

La nuit du mercredi 22 juin, quand il voyageait avec son épouse dans une auto compacte, ils se sont arrêtés pour acheter quelque chose et à ce moment une camionnette de luxe leur a coupé la route. De la même est descendu un individu avec une arme AK-47 et il a tiré à de nombreuses reprises contre le couple. José de Jesús est mort immédiatement et son épouse a été transportée en urgence à l'hôpital. Les faits sont arrivés dans la colonie las Flores Magón de Poza Rica, Veracruz.

José de Jesús Gaona a souffert dès 2011 de la disparition de sa fille Jenny Isabel Jiménez de 23 ans, qui est sortie, pour dîner avec trois amis et depuis ce temps-là on ne sait rien d'elle.

La Brigade Nationale de Recherche des personnes disparues a travaillé dans les municipalités du centre de Veracruz depuis à peine deux mois et dans sa première mission à Cordoba, la Brigade composée par des citadins victimes de disparition de leurs proches ont trouvé en seulement 15 jours jusqu'à 15 fosses avec des centaines de restes humains. L'équipe est formée par des associations civiles de Coahuila, Sinaloa, de Chihuahua, de Basse-Californie, du Morelos et du Guerrero et elle est née le 9 avril passé avec un objectif : déterrer, fosse après fosse, la vérité du passé avec les milliers de personnes que le Mexique a fait disparaître.

José de Jesus s'était récemment intégré au groupe, parce que pour son compte, il commente le blog expediente.mx dont il avait commencé à mûrir le projet afin de façonner dans la région, un collectif de mères et de pères à la recherche de leurs enfants, comme cela existe à Xalapa, Veracruz et à Cordoba, et avec lesquels il avait déjà eu des réunions.

“Ce qui est arrivé à José de Jésus est encore un exemple de ce qu'il peut nous,arriver aux familles qui sommes à la recherche de disparus". Malheureusement, nous pouvons mourir, comme mon compañero hier”, a regretté dans un entretien avec Animal Politico, Mario Vergara, membre De Los otros desaparecidos de Iguala autres disparus d'Iguala, une des organisations qui fait partie de la Brigade Nationale.

“Nous avons très peur – a-t-il ajouté - parce que la justice dans ce pays a disparue, congelée. Mais nous essayons de dominer la crainte et c'est pourquoi nous continuerons de chercher nos parents”.

Pour sa part, le ministère public régional de Poza Rico a informé dans un communiqué qu'il enquête sur l'agression par coups de feu contre José de Jesus Jiménez Gaona, àgé de 56 ans, et son épouse.

Les premières investigations indiquent que l'agression a été directement dirigée contre le membre de la Brigade de Recherche des Disparus de Veracruz, et que les agresseurs ont utilisé de longues armes de calibre restreint, puisque sur le lieu, des douilles de fusil d'assaut ont été trouvées.

Traduction carolita d'un article de Désinformémonos du 23 juin 2016 :

Rédigé par caroleone

Publié dans #ABYA YALA, #Mexique

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article