Sourires

Publié le 10 Avril 2016

Sourires

Les cailloux ne sourient pas
Ils sont tristes gris et froids
Les cailloux jamais ne rient
Ils ont en cela des soucis....

Et pourquoi les cailloux
Seraient-ils tristes ?
Au contraire
Ils sont sourires
Entièrement
Consacrés à la joie de vivre
A la gaieté
La liberté
Ils sont fendus d’une oreille
A l’autre
Et leur air édenté
Leur donne un sourire de bonté.

Quand indélicatement
On marche sur eux
Et pourtant, lourdement
Et bien ils rient
De toutes leurs dents
Se font papier de cristal affranchi
Ce font tapis de velours épris
Pour assurer nos pas
De leur bienvenue.

Quand maladroitement
On les jette
Parfois violemment
Contre une vitre un char
Une mare
Essayant de leur imprimer un souhait
Qu’ils n’ont jamais exprimé
Ils rient de tout leur cœur
Ils ne rient jamais jaune
Ce n’est pas leur couleur
Ils rient et rient encore
Se laissant envoyer
Avec force ou non
Volant comme des pierres aux ailes
De diamant
Et ils atterrissent
Là où semble bon au vent
Là où semble bon au temps
A la dynamique à l’impatience
A la tolérance de l’éternité faite pierre
Sur un but auquel ils envoient
Mille sourires
Pour amortir
Leur soupir.
Ils arrivent comme une pierre
Dans la soupe
Et ils crient joyeusement :
C’est moi que voici
Attention aux dents !

Carole Radureau (10/04/

Rédigé par caroleone

Publié dans #Mes anar-poèmes, #La pierre

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article