La forêt guyanaise menacée par les mines d’or

Publié le 7 Avril 2016

L’activité aurifère en Guyane est depuis longtemps l’affaire de structures semi-artisanales, clandestines ou non, se cantonnant à une exploitation alluvionnaire. Or, cela pourrait bien changer : le ministère de l’Économie soutient l’industrialisation de la filière et l’arrivée de multinationales du secteur.

Cayenne (Guyane), reportage

Lors de sa visite en Guyane en août 2015, le ministre de l’Économie, Emmanuel Macron, apportait son soutien au projet de Columbus Gold, une junior canadienne qui mène des recherches sur le site dit de la Montagne d’Or, dans l’ouest de la Guyane. « On va tout faire » pour que le projet voit le jour, annonçait-il avec empressement, alors que Columbus Gold n’en est qu’à la phase d’exploration. Le site de la Montagne d’Or, avec un potentiel de 95 tonnes d’or, deviendrait le plus gros projet aurifère de France. Si l’exploitation a lieu, elle serait menée à une échelle industrielle par Nordgold, partenaire financier de Columbus Gold.

la suite :

Rédigé par caroleone

Publié dans #ABYA YALA, #Guyane française, #pilleurs et pollueurs

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article