Daou Dewezh eus Maria Otaegui

Publié le 21 Avril 2016

Daou Dewezh eus Maria Otaegui

El tres de mayo de Goya wikipédia

DEUX JOURNÉES DE MARIA OTAEGUI

Un capitaine de la Guardia Civil
Est venu à Nuarbe au Pays Basque
Maria Otaegui, venez avec moi
Votre fils sera fusillé demain matin

Avec vous je ne veux pas aller
Mais j'irai à Burgos avec mes parents
Devant la prison elle a attendu neuf heures
La porte s'ouvrit à dix heures du matin

Pour voir votre fils vous devrez vous déshabiller
Quand vous serez nue vous serez fouillée
Quinze minutes durera l'entrevue
Cinq hommes armés seront dans la cellule

Après l'adieu un officier rude
Ordonna: Partez à deux kilomètres
Là-bas vous n'entendrez pas les fusils
Vous aurez le corps du condamné à dix heures.

À cette heure-là la mère est revenue
Elle a attendu tout le jour
Attendu son fils, son enfant mort
Des voitures sont enfin sorties

Les gens de Nuarbe sont devant le cimetière
Pour qu'il ne soit pas enterré au jour
Les gardes font un grand détour
La nuit est sombre quand arrive le cercueil

La boîte ouverte Maria s'approche
Elle ne peut reconnaître son enfant
Elle n'a pas reconnu son propre fils
Les soldats avaient tiré à la tête.

Version française tirée de Skingomz ar frankiz ("Radio Liberté")

Daou Dewezh eus Maria Otaegui

Ur c'habiten eus ar "Guardia Civil"
Zo bet e Nuarbe e bro Euskadi
Maria Otaegui deuit ganin me
Fuzuilhet 'vo ho mab pa darzho an deiz

Assemblez ganeoc'h ne fell ket din mont
Met e Burgos ez in gant ma zud me
Tal an toull bac'h nav eur gedet he deus
Digaret 'voe an nor da deir eur veure

'Vit gwelet ho mab diwiskañ zo red
Pa vefet e noaz furchet e vefet
Pemzek munutenn e pado ar wel
Ha pemp gward armet a vo e barzh ar gell

Goude ar c'himiad un ofiser gouez
Ar c'hourc'hemennas "Kit un hanter lev
Du hont ne glevfet ket ar fuzuilhoù
Korf an heni barnet ho po da zek eur"

D'an eur se ar vamm zo deuet en dro
Gortozet he deus pad an deiz a-bezh
Gortozet he mab he bugel marw
Kirri tan zo deuet er maes en diwezh

Tud eus Nuarbe zo e tal ar vered
'Vit ma ne vo ket douaret en deiz
Un distro hir bras a ra ar gwarded
Teñval eo ar noz pa erru an arched

Digoret ar vouest e tosta Maria
Anavezout e bugel ne c'hell ket
Anavezet he mab-hi ne deus ket
Ar soudarded a doa tennet en e benn.

Gilles Servat 1976 Le pouvoir des mots

Rédigé par caroleone

Publié dans #Chanson du monde

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article