Les peuples du monde - Etat des lieux : Le Paraguay

Publié le 9 Mars 2016

enfants Guaranis Mbya

Le Paraguay est une république d’Amérique du sud située entre la Bolivie au nord, le Brésil à l’est, l’Argentine au sud et l’ouest.

Sa superficie est un peu moins grande que celle de la France : 406.752 km2.

Son activité économique dépend assez étroitement du Brésil voisin en raison de l’absence de façade maritime du pays.

Il y a 17 départements et celui de la capitale Asunción.

Le pays est relativement plat, coupé en deux par le fleuve Paraguay. On trouve à l’ouest le Gran Chaco avec ses 247.000 km2de superficie, soit la moitié du pays, une vaste plaine semi aride composée de pâturages avec l’élevage qui domine.

A l’est, c’est plutôt un territoire de forêts et de plaines fertiles où vit l’essentiel de la population (95%).

La population atteint 6.459.058 habitants pour une densité de 14.2hab/km2.

Avant sa découverte au XVIe siècle par les espagnols, le pays était peuplé d’indiens Guaranis qui arrivèrent sur le territoire par différentes vagues migratrices en provenance de la côte de l’actuel Brésil.

En 1515, Diaz de Solis découvre le pays puis en 1525 le portugais Diego Garcia.

La langue guarani avant la colonisation européenne était la langue dominante sur les vastes territoires de la côte d’Amérique du sud, de la mer des Caraïbes au rio de la plata.

Le Paraguay est le seul état de toute d’Amérique a avoir reconnu officiellement et à égalité une langue amérindienne dans sa constitution. Si l’espagnol et le guarani sont à égalité du point de vue juridique, il n’en est pas de même dans la vie sociale. L’espagnol est la langue des situations de prestige, le guarani celle des communications informelles. Son statut est donc symbolique.

Il y a une grande homogénéité ethnique et linguistique. Les langues guaranis sont les plus importantes (88.1% de la population mais le nombre de locuteurs semble plus élevé car les statistiques ne prennent pas en compte les bilingues).

On trouve quatre catégories d’individus :

Les métis 92%

Les amérindiens ou indigènes 3%

Les noirs ou afro paraguayens 2%

Les blancs descendants d’Espagnol en grande partie) 2%

Les autochtones se répartissent en une vingtaine de peuples différents distingués par quatre familles de langues :

La famille tupi-guarani

sanapana

 
La famille mascoyane

tomaraho

****

La famille zamucoane

femme nivaclé

La famille mataco-guaicuru
 
MAKA – 1282
TOBA QOM – 1474

Les indigènes vivent pour la plupart dans les zones rurales à 91.5%

Loi sur les langues de 2010

Le chapitre V de la loi sur les langues est consacré aux langues dans l’enseignement. L’article 26 déclare que les enfants paraguayens ont le droit de recevoir une instruction primaire dans leur langue maternelle pourvu que celle-ci soit l’une des langues officielles de l’état.

Les droits autochtones

Le Paraguay est signataire de la convention 169 de l’OIT relative aux peuples indigènes.

Les problèmes des autochtones

Les groupes indigènes vivent dans une extrême pauvreté pour une grande partie partie en raison de l’absence de reconnaissance de leurs terres. Sur 412 communautés autochtones, 185 n’ont aucun titre de propriété, 45 sont situés dans le Chaco et 140 dans la région orientale.

Le Paraguay est le pays qui pratique le plus de déforestation au monde. Ceci compromet l’ équilibre environnemental et l’écosystème mais également les droits du peuple Ayoreo qui vit en isolement volontaire dans le nord et l’ouest du Chaco.

Les déboisements sont associés au harcèlement des communautés par des entrepreneurs liés à la monoculture du soja, à l’élevage et au trafic de drogue et qui agissent en complète impunité.

Pour en savoir plus, merci de vous reporter sur ce bilan du GITPA de 2014 :

MONDE AUTOCHTONE 2014

image

Les afro paraguayens

La communauté noire du Paraguay revendique sa place dans la société et ne semble pas avoir encore obtenu de reconnaissance. Les afro descendants sont exclus du marché du travail formel et sortent de leur isolement pour revendiquer leurs droits.

Représentant environ 2% de la population nationale, il y aurait entre 10.000 et 20.000 afro paraguayens dont les communautés les plus « visibles « sont Emboscada, Paraguari et les régions voisines du centre du pays.

Les premiers africains qui viennent comme pour le reste de l’Amérique de l’Angola mais au Paraguay il y a eu d’autres arrivées d’africains pour des raisons différentes.

Les premiers noirs esclaves sont installés dans le centre du pays vers 1549, longtemps avant la naissance de la ville d’Emboscada.

Certains sont arrivés avec les jésuites au XVIIe siècle.

Une vague importante est enregistrée en 1820 avec des noirs qui accompagnent l’exil du héros national uruguayen José Artigas, en exil au Paraguay jusqu’à sa mort.

Emboscada fut crée en 1741 par les espagnols d’Asunción comme rempart pour résister aux attaques des indigènes non soumis. Le village est alors le seul d’Amérique du sud peuplé uniquement d’esclaves affranchis.

A l’indépendance, les descendants de ces africains y restent.

L’autre grande communauté afro descendante du pays est Kamba Cua. Ceux qui fondèrent cette communauté étaient arrivés libres sur le territoire avec Artiguas qui avait obtenu une centaine d’hectares de terres arables et s’y était installé avec 150 lanciers noirs, anciens esclaves ayant combattu à ses côtés pour l’indépendance de l’Uruguay. (afrikblog.com)

GITPA, axl.cefan.ulaval, wikipédia

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article