Colombie : La culture Tayrona

Publié le 12 Février 2016

Femme et enfant Kogis, une tribu fille des Tayronas.Par Dwayne Reilander — Travail personnel, CC BY-SA 4.0, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=63661640

Femme et enfant Kogis, une tribu fille des Tayronas.Par Dwayne Reilander — Travail personnel, CC BY-SA 4.0, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=63661640

Civilisation dite « dorée » qui s’est développée entre 1200 et 1510 de notre ère dans la partie la plus septentrionale de la Colombie, la Sierra Nevada de Santa Marta.

Une civilisation qui avait atteint un haut niveau de connaissances dans les domaines de l’architecture, de l’agriculture et de l’hydraulique.

Leur langue était une langue chibchane. Il existe donc des liens entre les Chibchas et les Tayronas par rapport à la compréhension mutuelle.

Orfèvrerie

Ils ont joué un rôle majeur dans le domaine de l’orfèvrerie car ils maîtrisaient la technique du moulage à la cire perdue. Le tumbaga, cet alliage de cuivre et d’or leur était fort utile. Le chauffage jusqu’à l’oxydation du cuivre était suivi d’un trempage dans l’eau glacée et cela permettait de laisser une patine permanente d’or et évitait que la pièce ne se fissure. Ils modelaient des figurines d’esprits, d’êtres humains et d’animaux pour les pratiques rituelles.

Colombie : La culture Tayrona

Pendentifs tayrona en or

User:Rolfmueller) — Travail personnel, CC BY-SA 3.0, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=718945">Par Rolf Müller (User:Rolfmueller) — Travail personnel, CC BY-SA 3.0, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=718945

Colombie : La culture Tayrona

 

Pendentif anthropomorphique Tayrona, représentant un chaman tenant deux sceptres, portant un grand ornement nasal et une haute coiffure ornée de deux toucans. Or fondu selon la technique de la cire perdue, Xe-XVe siècle, Musée du Louvre

Inconnu — Jastrow (2006), Domaine public, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=909961

Colombie : La culture Tayrona

Anonyme (Tayrona) — Walters Art Museum: Home page Info about artwork, Domaine public, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=18824387

artifacts" — Uploaded from the Wikipedia Loves Art photo pool on Flickr, CC BY 2.5, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=8894980">Par Wikipedia Loves Art participant "artifacts" — Uploaded from the Wikipedia Loves Art photo pool on Flickr, CC BY 2.5, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=8894980

Colombie : La culture Tayrona

Luis Perez from Medellin, Colombia — Tayrona 01-2011, CC BY 2.0, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=24497157

****

Les villes

Elles étaient reliées par un réseau de routes en pierres serpentant depuis les lieux habités jusqu’aux coins les plus reculés de la sierra. Les maisons étaient de forme ronde, construites sur des terrasses en pierre. Elles n’avaient pas de fenêtres et étaient couvertes de feuilles de palme. Les murs étaienys faits en boue avec de petites pierres et peints à la chaux.

Les terrasses étaient tout d’abord dégagées des arbres pour y planter ensuite les cultures. Puis quand les cultures avaient épuisé en partie le sol, elles servaient pour y construire les maisons. Et ainsi de suite, de terrasse en terrasse.

Les villes étaient équipées de conduites d’eau jusqu’aux maisons particulières.

La taille des maisons démontrait l’importance de ses occupants.

Des maisons sacrées servaient de lieu de réunion des hommes et des garçons quand les ermites sages venaient leur porter la parole des dieux. Elles servaient aussi de lieu d’apprentissage pour les garçons.

Chaque ville avait des hommes formés comme guerriers mais ils ne constituaient pas une armée. Les hommes à la fin de leur formation devenaient les manicatos, les guerriers de la nation Tayrona.

La structure politique et administrative avait des aspects fédéralistes et d’autres centralistes.

Chaque grande ville comptant 1000 habitants avait un cacique dont le rôle était plus administratif que divin comme c’était le cas dans les autres civilisations pré-hispaniques.

Les institutions nationales uniformes et non armées étaient les prêtres qui étaient très respectés et même vénérés. Ils pouvaient influencer les décisions des conseils et régir les conditions de vie des résidents en vertu des dispositions des dieux.

Agriculture

Les Tayronas étaient autosuffisants ; ils pouvaient pêcher pour leurs besoins en protéines animales et ils cultivaient les terres arables des parámos irrigués par de nombreuses rivières.

Le maïs cultivé étant trop dur à manger et plus facile à cuisinet, ils ont inventé les bollos, de petits pains individuels.

Ils fabriquaient aussi de la bière et des arepas, des pains de maïs blancs garnis.

Le miel servait à sucrer les boissons. Ils le produisaient dans des ruches.

Leurs fruits étaient les corossols, les ananas, les avocats et les goyaves.

Ils consommaient peu de viande, la chèvre et des rongeurs étaient consommés surtout lors des cérémonies .

Ciudad Pérdida

La cité perdue est un site archéologique des Tayronas dans la Sierra Nevada.

On suppose qu’elle a été édifiée en 800 après JC, 650 ans plus tôt que Machu Picchu.

Les indiens l’appelaient Teyuna.

Le site est découvert en 1972 et dévoilé en 1975 par les autorités suite à des pillages.

Les indiens de la Sierra Nevada de Santa Marta (Arhuaco, Kogi, Arsario) pensent que celle ville était le centre d’un réseau de villages habités par les Tayronas leurs ancêtres.

Il était certainement le centre politique et économique de la région du Rio Buntaca, la cité pouvait abriter 800 personnes et elle fut abandonnée pendant la colonisation espagnole.

Elle était constituée de 169 terrasses creusées à flanc de montagne, d’un réseau de routes étroites et de nombreuses petites places circulaires.

Colombie : La culture Tayrona

Gavin Rough from Waterloo, Canada — Lost City Ruins, CC BY 2.0, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=2958969

Colombie : La culture Tayrona

Raphael ChayWikitravel, CC BY-SA 3.0, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=11075124

Colombie : La culture Tayrona

Uhkabu — Travail personnel, CC BY-SA 3.0, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=32173257">Par Uhkabu — Travail personnel, CC BY-SA 3.0, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=32173257

*****

 
La colonisation

C’est le conquistador Rodrigo de Bastidas en 1528 qui met le premier le pied sur le territoire des Tayronas.

Dès 1550, 80% de la population a été tuée, les 20% restants sont divisé entre ceux qui trouvent refuge dans les zones élevées de la montagne et les autres qui ont disparu dans le processus de métissage.

Ceux qui ont survécu et détiennent encore une partie de la culture cosmogonique sont les Kogi, les Arhuacos et les Arsarios, et les Kankuamos.

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article