La united fruit company

Publié le 18 Janvier 2016

La united fruit company

Image d'un mural de Diego Rivera au Guatemala

****

Je profite de l'occasion de cette vidéo qui vient de naître pour rendre encore hommage à Pablo.

Cette fois-ci dans la partie du Chant général dite Le sable trahi dans laquelle il dénonce, déjà, les dégâts des multinationales et des dictatures.

La united fruit company

Lorsque la trompette sonna
Tout était déjà prêt sur terre.
Jehovah répartit le monde
Entre Coca-Cola, Anaconda,
Ford Motors, et autres cartels :
La Compaña Frutera
Se réserva le plus juteux,
Le centre côtier de ma terre,
La douce hanche américaine.
Elle rebaptisa ses terres
En « Républiques bananières »,
Et sur les morts en leur sommeil,
Sur les héros pleins d’inquiétudes
Qui avaient conquis la grandeur,
La liberté et les drapeaux,
Elle instaura l’opéra-bouffe :
Elle aliéna l’initiative,
Offrit des trônes aux Césars ,
Dégaina l’envie, attira
La dictature des diptères,
Mouches Trujillo*, et Tachos*,
Mouches Carias*, et Martinez* ;
Mouches Ubico*, mouches humides
D’humble sang et de confiture,
Mouches soûlardes qui bourdonnent
Sur les tombes du peuple, mouches
De chapiteau, mouches savantes,
Mouches expertes en tyrannie.

Parmi les mouches sanguinaires
La Frutera jette son ancre,
Amoncelant fruits et café
Dans ses bateaux qui glissent tels
Des plateaux portant le trésor
De nos campagnes submergées.

Pendant ce temps, dans les abîmes
Aux relents de sucre des ports,
Des indiens tombaient enterrés
Dans la vapeur du petit jour :
Un corps qui roule, un petit rien
Sans nom, un numéro à terre,
Une grappe de fruits sans vie
Répandue dans le pourrissoir.

Pablo Neruda (Le chant général)

merci Serge des bois

Trujillo (Rafael Leonidas) né en 1891 ce dictateur fut le maître tout-puissant de Saint Domingue de 1930 à 1961. Il mourut abattu par surprise au cours d’une promenade le 31 mai 1961.
Tachos : je pense que Pablo à utilisé le pluriel pour dénommer les Somoza, père et fils dictateurs au Nicaragua et dont le surnom du père était Tacho et celui d’un des fils Tachito.
Carias – Il s’agit de Carias Andino (Tiburcio) général du Honduras (1876/1969). Il y exerça une dictature de triste mémoire de 1933 à 1948. Le 6 juillet 1944 à San Pedro Sula, il écrasa dans le sang une manifestation pacifique qui demandait la mise en liberté de plusieurs centaines de prisonniers politiques, le retour de milliers d’expatriés et la reconnaissance de quelques libertés élémentaire.
Martinez (Maximiliano Hernandez) général (1882/1966) élu président du Salvador rn 1931, il étouffera une grande révolte populaire en 1932 en faisant massacrer par l’armée des milliers d’ouvriers et de paysans avec l’appui de l’oligarchie et des trusts nord-américains. Réélu en 1934 et en 1939 une grève le renverse en 1944.
Ubico ( Jorge) général né en 1878 mort en 1946. Dictateur du Guatemala de 1931 à 1944, il fut renversé par une révolution unissant la petite bourgeoisie, les ouvriers et les paysans.

Rédigé par caroleone

Publié dans #Fragments de Neruda, #pilleurs et pollueurs, #Jean-Max Brua

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
S
Bonjour Caro,<br /> Comme toujours, tu colles à l'actualité. On mesure combien ce néo-colonialisme sévit encore aujourd'hui. Notamment pour la France engagée militairement sur plus de 5 théâtres "d'opérations externes" comme ils disent... Pour la défense de quels intérêts réels ? Sûrement pas ceux des peuples de ces pays ni ceux du peuple de France...<br /> Je te joins une chanson de Jean-Max Brua traitant de ce sujet dans les années 1968 " Bateaux compagnies" ..........Tu vois, rien n'a vraiment changé depuis qu'il nous a quittés....<br /> <br /> www.youtube.com/watch?v=DmiP2G-7y84<br /> <br /> Bises
C
Bonjour Serge,<br /> <br /> Cela contribue au travail de mémoire sur les dégâts du colonialisme mais nous sommes évidemment confrontés à une autre forme de colonialisme aussi destructeur mais qui ne dit pas encore son nom. Quand on pense que les séquelles liées à l'esclavage et la colonisation sont encore en train de détruire des pans entiers de sociétés humaines, ce qui se passe à cause de nos gouvernements vient rajouter une couche à ce mille feuille déjà bien tassé. Et on s'étonne des reflux d'intégrisme et des velléités terroristes qui ont pu pousser et germer que grâce aux terribles blessures que l'on inflige aux peuples, aux pays. J'ai ajouté la vidéo de Jean-Max à l'article, c'est vrai qu'elle y a sa place également et je trouve qu'avec Hélène Martin, ça peut faire un duo sympa.<br /> Bises et bonne journée.<br /> caro