Projection de "H2Oil - Les sables bitumineux de l’Alberta" (documentaire sur l’exploitation dévastatrice du pétrole sur les terres des peuples cree et dene au Canada), suivie d’un débat autour du CETA et du climat (Paris, le 12/11/15)

Publié le 9 Novembre 2015

Projection de "H2Oil - Les sables bitumineux de l’Alberta" (documentaire sur l’exploitation dévastatrice du pétrole sur les terres des peuples cree et dene au Canada), suivie d’un débat autour du CETA et du climat, le jeudi 12 novembre au Théâtre-cinéma le Brady (Paris 10) - à 19h.

Le Festival Images mouvementées, le collectif Stop Tafta et le Conseil des Canadiens vous proposent une soirée autour de deux sujets majeurs d’actualité : le climat et les accords de libre-échange.

CONFÉRENCE GRATUITE ET OUVERTE A TOU-TE-S !

Programme

1ère partie (projection documentaire - 50 minutes) :
La soirée débutera avec la projection de "H2Oil - Les sables bitumineux de l’Alberta", un documentaire canadien qui met en lumière le projet démesuré d’extraction du pétrole issu des sables bitumineux, présents en abondance dans le nord de la province canadienne de l’Alberta. Ce projet extractiviste compte parmi les plus sales et les plus dangereux pour l’Homme et l’environnement.

2ème partie (débat Ceta-climat - 1h) :
La première partie nous permettra d’établir le lien, pas toujours évident, entre la libéralisation du commerce, promue tous azimuts par les accords de commerce et d’investissement (Tafta, Ceta, TiSA, TPP, APE, pour ne citer qu’eux) d’une part, et les exigences climatiques d’autre part. A quelques semaines de la conférence de l’ONU sur le climat, il nous paraît important de rendre audible la thématique du libre-échange, et montrer comment ces traités de commerce entrent en totale contradiction avec la transition écologique et énergétique.

Ce débat mettra l’accent sur l’accord de libre-échange entre l’Union européenne et le Canada, le CETA, dont les négociations ont été conclues il y a 13 mois, et dont la signature et la ratification devant le Conseil et Parlement européens interviendront très bientôt (vraisemblablement début 2016) ! Le CETA parce qu’il encourage les projets d’extraction d’hydrocarbures les plus carbonés, à l’instar des sables bitumineux, et qu’il octroie un ensemble de droits exceptionnels aux investisseurs étrangers, notamment multinationales, leur permettant de bloquer toute politique de protection de l’environnement constitue un véritable danger pour le climat.

Nos intervenants

Amélie Canonne (Aitec)
Sujata Day (Conseil des Canadiens)
Garry Neil (Conseil des Canadiens)
Pierre-Yves Serinet (Réseau québécois sur l’intégration continentale)

Date et lieu :
Nous vous donnons rendez-vous le jeudi 12 novembre à 19h au cinéma le Brady au 39 boulevard de Strasbourg 75010 Paris.
Métro : 4 (Château d’eau) - 8-9 (Strasbourg St Denis) - 5-7 (Gare de l’est)

Présentation du documentaire :

L’Alberta se trouve sur l’une des plus grandes taches de pétrole récupérables dans le monde, juste derrière l’Arabie Saoudite. Il couvre 149, 000 kilomètres carrés, soit une superficie plus grande que la Floride, et est titulaire d’au moins 175 milliards de barils de bitume brut récupérables. Le Canada est devenu le plus grand fournisseur de pétrole des États-Unis, avec plus d’un million de barils par jour en provenance des sables bitumineux. Actuellement, 40% de tout le pétrole produit au Canada provient des sables bitumineux.

La production de pétrole brut à partir des sables bitumineux, le pétrole le plus sale au monde, pourrait garder l’appétit mondial pour le pétrole à distance pour un autre 50 ans.

Mais les sables bitumineux sont une sorte fondamentalement différente de l’huile. Ils prennent beaucoup d’énergie et beaucoup d’eau et laissent une empreinte environnementale très grande par rapport à toutes les autres formes d’extraction de l’huile. Pour cette raison, les changements massifs de la forêt boréale et du bassin versant ont poussé les Nations Unies à la liste cette région en tant que pôle international de modifications de l’environnement.
En outre,les projets de sables bitumineux sont les principaux émetteurs de gaz à effet de serre. Ils représentaient 4% des émissions canadiennes de gaz à effet de serre en 2005, ce qui rend impossible de satisfaire aux obligations prévues à Kyoto pour les émissions-réductions.

Lien Facebook de l’événement : https://www.facebook.com/events/960394040687592/

http://aitec.reseau-ipam.org
http://collectifstoptafta.org
http://www.libre-echange.info

Rédigé par caroleone

Publié dans #PACHAMAMA, #indigènes et indiens, #Canada, #pilleurs et pollueurs

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article