Communiqué de l’OCL Contre Daech, notre solidarité va aux combattant·e·s kurdes !

Publié le 19 Novembre 2015

Communiqué de l’OCL  Contre Daech, notre solidarité va aux combattant·e·s kurdes !

15 novembre 2015

Alors que le gouvernement veut nous mettre en ordre de marche pour la guerre contre le djihadisme et Daech [1] à coups d’unité nationale et d’état d’urgence — ce qui, au passage, rogne considérablement et toujours davantage nos libertés individuelles et politiques (des manifestations de soutien aux migrants/réfugiés, ainsi qu’aux Kurdes pour dénoncer la répression en Turquie, ont déjà été interdites) —, nous apportons notre entière solidarité et notre soutien à la résistance active et révolutionnaire des Kurdes, qui combattent jour après jour des fascistes désireux de leur imposer la charia, le patriarcat et le capitalisme sauvage le plus abject [2].

Depuis la victoire de Kobané en janvier dernier, le Rojava (Kurdistan syrien) mais aussi une partie du Kurdistan turc s’organisent sur un nouveau modèle social — antiétatique, féministe et collectiviste ; les milices de combattant·e·s kurdes YPG et YPJ [3] réussissent à faire reculer efficacement Daech. Mais, de cela, les gouvernants français ne parlent pas ; ils préfèrent se rendre au G20 en Turquie pour négocier avec Erdogan, le président turc qui a mené tout cet été une guerre sans merci contre les Kurdes et leur révolution [4]. Ces gouvernants vendent aussi des armes à différents pays et groupes du Proche-Orient, ce qui poursuit une déstabilisation de la région déjà largement due aux menées impérialistes et colonialistes des « grandes puissances » [5].

Car le capitalisme, ce n’est pas seulement le réchauffement climatique. C’est également vendre des Airbus, des Rafale, des blindés et des équipements électroniques. Et c’est encore, pour renflouer des grands groupes capitalistes français défaillants, aller chercher des capitaux dans les régimes totalitaires des monarchies religieuses et intégristes du golfe Arabo-Persique — ces régimes qui soutiennent, financent et arment des mouvements djihadistes composés de dizaines de milliers de combattants, afin qu’ils mènent une guerre par procuration pour la conquête de l’hégémonie régionale au Proche-Orient !

Alors, c’est sûr, quand la guerre arrive sur le territoire français, tout le monde a la gueule de bois… mais quand l’armée française se bat (directement ou non) loin de ses frontières, n’est-ce pas déjà la guerre ?

Si, bien sûr, nous sommes écœuré·e·s par la mort et les blessures d’innombrables innocent·e·s dans les attentats qui ont été menés aveuglément en plein cœur de Paris le 13 novembre, nous n’acceptons pas et sommes indigné·e·s par la récupération — tout comme le 10 janvier avec les attentats à Charlie et à l’HyperCacher — de l’émotion qu’ils ont suscitée. Ces attentats ne doivent pas nous faire oublier l’hypocrisie du gouvernement « socialiste » sur toutes ces questions.

Non à l’unité nationale et à l’état d’urgence — aujourd’hui comme en 2005 dans les banlieues !
Solidarité avec les combattant·e·s kurd
es !

Organisation communiste libertaire

Notes

[1] Voir les déclarations de Valls : L’Humanité.

[2] Pour comprendre un peu plus la domination politique et économique de Daech en Syrie et en Irak : Le Monde.

[3] Voir ce reportage sur l’entraînement des YPJ (sections combattantes uniquement féminines) : Les femmes contre l’État islamique.

[4] Suivre l’actualité sur kedistan.net mais aussi lire la brochure : La sale guerre de l’État turc contre le mouvement kurde (juillet-septembre 2015).

[5] 2015, année de tous les records pour l’industrie française de l’armement : Le Monde.

Rédigé par caroleone

Publié dans #Terrorisme, #Guerilla kurde

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article