Les Baka toujours victimes de graves abus malgré les promesses du WWF

Publié le 29 Octobre 2015

Les Baka toujours victimes de graves abus malgré les promesses du WWF

Au nom de la protection de la nature, de nombreux Baka sont victimes de violences depuis qu'ils ont été expulsés de leur forêt.

© Edmond Dounias/Survival

Dans de nouveaux témoignages vidéo, les Pygmées baka du sud-est Cameroun ont rapporté avoir été victimes d’abus et d’actes de torture perpétrés par des gardes forestiers financés par le WWF. Le WWF a contribué à créer une nouvelle zone protégée sans le consentement des Baka et de leurs voisins. Les Baka du sud de la réserve s’expriment après avoir été dépossédés de leurs terres.

Depuis la création de la Réserve de Faune de Ngoyla, les Baka ont été expulsés de leurs terres et ne peuvent plus subvenir à leurs besoins ni accéder à leurs sites sacrés. Ils sont, comme leurs voisins, accusés de braconnage lorsqu’ils chassent pour nourrir leurs familles et risquent d’être battus, torturés et même tués par les gardes forestiers.

Un Baka a rapporté : ‘Quand ils [les gardes forestiers] sont arrivés chez nous, nous dormions, ma femme et moi. Ils m’ont frappé avec une machette. Ils ont aussi frappé ma femme’.

Un autre Baka a témoigné : ‘Les mangues sauvages tombent toutes seules dans la forêt et nous avons peur d’aller les chercher. Où sommes-nous supposés aller? Où sommes-nous supposés rester? S’ils nous chassent de la forêt, où irons-nous?’

Treize ans après que le WWF a été alerté des abus commis à l’encontre des Baka et plus d’un an après que Survival International a révélé publiquement le scandale, la torture et les violences continuent au nom de la protection de la nature.

Dans deux lettres ouvertes, les Baka ont plaidé avec ferveur pour que les acteurs de la protection de la nature les autorisent à rester sur leurs terres : ‘Que les projets de conservation (menés par le WWF, l’Union européenne et le gouvernement camerounais) prennent des résolutions de clémence pour notre utilisation de la forêt, qui est utile pour notre vie sur terre’.

Le WWF a reconnu le problème de la violence en mars 2015, admettant ’qu’il y a eu des incidents relevant de comportements inacceptables’ mais a prétendu en août que ces incidents avaient ‘diminué’. Cependant, malgré nos demandes, le WWF n’a fourni aucune information établissant les faits. Ces récents témoignages prouvent que les abus sont systématiques et ont toujours cours.

la suite :

Rédigé par caroleone

Publié dans #indigènes et indiens, #Baka

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article