300e peuple sur cocomagnanville

Publié le 21 Octobre 2015

Les chiffres ronds parfois, ça parle.

Et le chemin chemine cahin-caha-caha à la découverte des peuples du monde, de leurs luttes, de leur sagesse traditionnelle et éternelle qui est comme une lueur d'espoir dans ce monde qui semble courir à sa perte.

Ce 300e peuple n'est pas n'importe lequel.

Il s'agit du pueblo Nasa, un peuple qui mène une lutte depuis des décennies sur son territoire stratégique entre la guerre civile, les multinationales et le narcotrafic.

Un peuple auquel je devais me consacrer depuis très longtemps comme les Inuits, le peuple qui le précède, mais dont j'avais reculé l'échéance à plusieurs reprises.

J'aime bien me disperser, mais la priorité du blog va toujours aux peuples premiers.

Grâce à eux ma pensée politique s'est affinée et s'est arrondie plus à propos de mes penchants réels, grâce à eux, la poésie rythme ma vie comme elle rythme leur vie à eux dans toutes les structures de leurs organisations qu'ils soient d'ici ou de là.

Je répète souvent les mêmes choses à force mais j'aime me dire comme si je voulais ne pas l'oublier comme au départ, quand j'ai commencé à vouloir rédiger des articles sur les peuples zapatistes sur ce blog, malgré mon peu de connaissances, je ne pensais pas que je continuerais ainsi, prise par la passion du devoir accompli.

Et voilà que le chemin continue et accroche chaque jour davantage à mes chevilles les chaînes qui me lient à l'information des peuples.

Ce travail n'est pas vain comme je suis tentée de le penser malgré moi, et bien souvent.

Les références sont là, les visites aussi dont je ne parle pas avec des chiffres car cela n'est important que pour moi-même, pour ma motivation parfois et parce que les chiffres ne sont jamais à mes yeux ce qui est synonyme de qualité et de valeur de vie.

Quelques fois, je suis contente du travail accompli quand un représentant d'un peuple me laisse un message encourageant ou que des lycéens ou étudiants m'écrivent pour me remercier du travail réalisé qui leur sert dans leurs TPE ou pour un devoir en me demandant de me citer comme source. Cela m'étonne beaucoup, je n'ai pas l'impression de peser grand chose dans ce monde et je sais que tout ce qui a été fait doit être amélioré sans cesse afin d'être au plus près de la réalité. En cela, les articles sont toujours évolutifs et peuvent même être supprimés s'ils blessaient, on ne sait jamais une culture ou un peuple dans le fait que je me mets à leur place pour écrire une partie de leur histoire alors que c'est à eux de le faire.

Parfois je m'interroge sur le bien fondé de mon entreprise.

Non pas que je doute parce que je suis fonceuse et j'ai l'habitude d'assumer mes actes et mes propos. Juste parce que je suis dilettante et que j'aimerais que ce travail soit interpréter selon mes vœux, selon mon dilettantisme , mon amateurisme.

J'espère chaque jour, et simplement que la vie me prêtera encore un bout de chemin pour continuer cette oeuvre que j'ai entamée il y aura presque 8 ans cette année.

Les peuples me guident et me donnent l'occasion de m'accrocher dans la vie, je leur dois souvent d'être encore là. Ils ne le savent pas mais je leur suis redevable aussi, pour eux, rien ne sera jamais de trop pour les aider à soutenir leurs traditions et leur rendre enfin la vie plus facile, plus belle, plus en harmonie avec leur terre-mère qu'ils vénèrent tous, sans exception, d'un bout à l'autre de la planète..

Caro dite Kinta en langue Choctaw

***************

LA LISTE de tous les peuples

Prière à la lune

Prends ma figure et donne moi la tienne !
Prends ma figure, ma figure malheureuse
Donne-moi ta figure,
Avec laquelle tu reviens
Quand tu meurs
Quand tu disparais de ma vue
Tu te couches et reviens.
Laisse-moi te ressembler, parce que tu es pleine de joie
Tu reviens chaque fois plus vivante
Après que tu as disparu de ma vue
Ne nous as-tu pas promis jadis
Que nous aussi nous reviendrons
Et serons à nouveau heureux après la mort ?

Poème Bushmen (ou Bochiman)

Rédigé par caroleone

Publié dans #indigènes et indiens, #Réflexions

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
A
Une première réflexion me vient: tu peux être fière, Caro-Kinta. Fière de ta volonté, ton endurance à toute épreuve malgré tes doutes et parfois ta lassitude bien normale. 300 billets qui envers et contre tout racontent l'histoire de ces peuples oubliés que l'on essaie de faire taire mais impossibles à baillonner parce que des voix comme la tienne s'élèvent pour dire, expliquer, enseigner. Et à te lire, petit à petit, la vision que l'on a du monde s'élargit et s'embellit. Parce que l'histoire de ces hommes, dans le fond, c'est aussi un peu la nôtre. Parce que tout ce qui survit encore de beau et de noble sur cette terre meurtrie, c'est grâce à eux. A ceux qui pourraient croire que s'intéresser aux Peuples Premiers est une démarche retrograde, tu leur démontres avec talent chaque jour, à travers tes documents, tes poèmes que c'est juste le contraire et que nous avons tout à gagner à étudier et à calquer nos vies sur leur sagesse.<br /> Pour tout cela chère Kinta, un grand merci, pour eux, pour nous. Et surtout, continue!
C
Merci de ta sympathie et de tes encouragements. Quand je travaille sur les articles des peuples, j'ai l'impression que je n'avance pas mais en même temps je n'ai pas de planning ni d'ambitions sur du long terme, les choses se font au jour le jour et suivant parfois les urgences (enfin c'est moi qui l'évalue ainsi). Avec les peuples, je vois les choses autrement, ils ont le mérite de me remettre toujours les idées en place et comme je base mon militantisme sur l'action conjointe peuple premier/environnement, cela a vraiment facilité mon mode d'action. Au début quand j'ai commencé cela sans savoir ce que je faisais au juste, guidée par quelque chose qui m'échappe, peu de personnes semblaient sensibles au message que je voulais porter. Maintenant, avec internet, les choses ont bien évolué et en faveur des peuples c'est évident. Leur message passe plus clairement même si parfois, c'est compliqué de faire avancer des idées d'autonomie.