Opération patience d'Alexandra Brunet

Publié le 7 Août 2015

Bio-Bio, Chili, février 2008 « Par la raison ou par la force » devise du Chili

Au Chili, chaque année, l'exploitation forestière augmente de 50 000 hectares. En plus de se voir littéralement noyés par la monoculture de pin et d'eucalyptus, les sols commencent à manquer d'eau, la flore et la faune se modifient, et la forêt primaire disparaît rapidement. Un rapport de la Banque centrale assure que dans 25 ans elle aura complètement disparu. Le territoire ancestral des Mapuches, situé sur l'actuelle région du Bio-Bio, riche en terres et en minerais, est une véritable manne pour les multinationales. Face à la menace inéluctable de l'appauvrissement des sols et l'expropriation forcée, les Mapuches continuent de lutter pour l'autonomie de leur territoire, et la création d'un parlement indépendant qui respecterait la volonté de leur peuple. Le gouvernement restant sourd à leurs revendications, la lutte de l'organisation la plus radicale, la CAM (Coordinadora Aranco Malleco) passe désormais par l'action directe. L'état, appuyé par les médias qui diabolisent leur cause, réplique à l'opposition par une lourde surveillance policière, des arrestations massives, l'emprisonnement des chefs de la résistance, et une répression constante du peuple mapuche, qui vient bien souvent grossir les rangs des travailleurs sous-payés des villes. Cette série rassemble quelques images prises dans la région du lac Lleu-Lleu et témoigne de la vie rudimentaire d'une communauté autonome entourée par les entreprises forestières. A part Yvan Llanquileo, un des dirigeants de la CAM et chef de la communauté - qui était à cette époque recherché par la police- la peur des représailles incite les personnes rencontrées à témoigner à visage couvert et sous un autre nom. En face des rives touristiques et fréquentées du Lleu-Lleu, Rukañanko, sur les terres récupérées, est sous la surveillance permanente des forces de l'ordre, qui contrôlent la plupart des points d'accès au village. A travers ces quelques images, j'ai voulu montrer le fossé qui sépare les multinationales aux profits considérables et les habitants d'une des régions les plus pauvres du Chili, engagés dans une lutte démesurée. Cette série se nomme Opération Patience, car ce terme définit officiellement l'action lourde du gouvernement à l'encontre des organisations politiques mapuches avec des moyens surdimensionnés. A leur manière, ils prennent le contre-pied de cette oppression qui dure dans le temps. Pour eux l'opération patience représente l'espoir qu'un jour la terre reviendra à leur peuple.

******

Très belle galerie photo du quotidien de la communauté mapuche. Chaque image a des explications propres.

Rédigé par caroleone

Publié dans #ABYA YALA, #Chili, #Peuples originaires, #Mapuche

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article