En Grèce, on transforme un camp militaire en potager collectif

Publié le 22 Juillet 2015

À Thessalonique, un jardin autogéré, le Perka, s’est installé sur un ancien camp militaire. On y cultive des légumes en bio, et on vit l’expérience enthousiasmante d’une communauté diverse mais unie.

Thessalonique (Grèce), reportage

Ils ont décidé d’appeler leur jardin « PERKA », une contraction des mots « cultures périurbaines » en grec. Les fleurs y profitent des douces températures de la fin d’automne. Les salades poussent encore, mais les tomates et les poivrons flétrissent. Certaines parcelles ont déjà été retournées pour les semis d’hiver. Des bâtiments bas et allongés, à l’abandon, entourent la série de potagers et servent de remises aux outils de jardin. Un rappel qu’ici, on se trouve sur un ancien terrain militaire.

La suite sur reporterre :

Rédigé par caroleone

Publié dans #PACHAMAMA, #Grèce, #Autogestion

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
F
Toujours agréables les projets communs et l'occupation de friche quelles qu'elles soient.
Bisous
C
La Grèce est au coeur des alternatives pour s'en sortir le peuple a le couteau sous la gorge et seules les tentatives autogestionnaires peuvent l'aider. C'est toujours sympa de voir les gens tenter des alternatives et voir leur potentiel de créativité car cela nous ramène aux débuts de l'humanité. C'est un projet tels que ceux-ci que j'aimerais arriver à développer en France avant que j'ai les pieds dans la tombe mais le terreau n'est pas encore prêt, hélas.
Bisous Fanfan
caro