Quiconque dépendant de votes au Brésil n’est assez fou pour s’associer aux athées

Publié le 16 Juin 2015

"On n’échappe pas à religion au Brésil. Ici, la foi est elle même une divinité de droit : omniprésente. A veiller sur le tourisme « carioca » du haut du Corcovado ; au Bràs, zone industrielle de l’État de São Paulo où l’église Universel du Royaume de Dieu a bâti récemment une réplique aux proportions démesurées du Temple Salomon, cité dans la bible ; omniprésente dans les intersections sombres de la forêt Atlântica qui se ramifie à travers les villes ; omniprésente aussi à travers les rituels de candomblé baianais, dans les médias et au Congrès national.

Parler de laïcité semble relever plutôt d’un exercice de républicanisme théorique que d’un débat sur les caractéristiques fondamentales des états modernes. Dans les urnes, les choix du peuple sont loin de refléter cette nécessité. Ce que immobilise les élites et augmente le pouvoir des diverses églises qui abondent à travers le pays, en particulier, l’église évangélique. C’est dans ce contexte, et à contre courant, qui est née l’Association Brésilienne des Athées et Agnostiques (ATEA).

La suite :

Rédigé par caroleone

Publié dans #ABYA YALA, #Brésil, #Libre pensée et laïcité

Repost 0
Commenter cet article