Une encre de chlorophylle coule dans mes veines*

Publié le 7 Avril 2015

Un cedrela ombre le sous-sol appauvri
Il compte ses feuilles vert anis
Aucune ne lui manque.
Une griffe de chat enroule sa vrille
Autour de mon doigt :
Veux-tu jouer avec moi me dit-elle ?
Oui si tu guéris tous mes soucis.
Un héron cendré navigue sans boussole
Sur une victoria complice
Les poissons se troublent
Sous cette embarcation.
Où se cache l’ayahuasca
Et ses phénomènes à risque
Qui emmènent par-delà le temps
Les âmes privées de réponses à leurs questions ?
Mauritia flexuosa est le plus généreux
De la forêt
Sur les huttes il couche ses palmes
Ses fruits ravis s’offrent en partage
Sa fibre tresse les cordages
Et tous les nœuds de la vie
Passent par lui.
Sous terre c’est une autre affaire
Le miroir de chlorophylle
S’ébauche tranquille.
J’ai puisé dans le cœur de la mère
Un caillou qui me semblait ami
Il a le reflet de la forêt la plus vaste au monde
Il chante aux sons des tambours de l’amour
Il signe dans le creux de mon bras
Un battement d’émoi.
J’ai puisé dans une plante indigène
Le gène qui manquait à ma vie :
Il coule de sa verte candeur dans des veines
Qui suivent bon an mal an
Le cours de l’Amazone
En écrivant sans cesse ses rêves
Et ses maux.

Carole Radureau (07/04/2015)

http://Ce texte est libre de droit et diffusé sous licence creative commons

Une encre de chlorophylle coule dans mes veines*

image « Buritis em Veredas » par Denis A. C. Conrado — Travail personnel (arquivo pessoal). Sous licence Attribution via Wikimedia Commons -

Une encre de chlorophylle coule dans mes veines*

Perle d’amazonite

Donne vitalité et force, renforce le courage et la volonté. Permet d’exprimer la tendresse.

Rédigé par caroleone

Publié dans #Mes anar-poèmes, #La forêt, #La pierre

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
D
J’ai puisé dans une plante indigène
Le gène qui manquait à ma vie : très beau !
De l'authentique poésie de rêve
C
Merci, en plus c'est vrai que j'ai puisé un gène indigène.
A
Des passages surréalistes et toute la force de cette pierre qui conduit la force de ce poème, C'est vraiment superbe, Caro. Quelle inspiration!
C
Je me trouvais très limite ce matin, je ne sens pas ma fibre habituelle.
Mais, cette pierre est une de mes pierres fétiches, je ne pouvais pas oublier de l'unir aux végétaux. Ça me fait plaisir que tu me trouves inspirée...j'écris pour l'Amazonie et j'ai la tête au Canada.