Lettre ouverte de Dominique Grange à Juliette Gréco

Publié le 15 Avril 2015

Lettre ouverte de Dominique Grange à Juliette Gréco

image « Qalqilya wall ». Sous licence CC BY-SA 3.0 via Wikimedia Commons - Oikema 0

Lettre ouverte à Juliette Gréco.
J'ai appris avec consternation la nouvelle de votre prochain concert en Israël, connaissant vos engagements de toujours pour la liberté, contre l'impérialisme et le colonialisme, et votre attachement au respect des Droits de l'Homme. Aussi, je joins ma voix à celles qui déjà se sont exprimées à ce sujet à travers la campagne Internationale BDS: s'il vous plaît, n'allez pas chanter là-bas ! Ne cautionnez pas l'Apartheid israélien qui empoisonne la vie du Peuple Palestinien depuis des décennies, massacre ses enfants en toute impunité, comme à Gaza en 2008 et plus récemment, en juillet-août 2014 (plus de 500 enfants morts sous les bombes, plus de deux mille morts et des milliers de blessés!).
Ne cautionnez pas un régime qui s'arroge tous les droits, arrête et emprisonne arbitrairement celles et ceux qui lui résistent -y compris des enfants!-, les garde selon son bon plaisir en détention administrative des années durant, et poursuit son oeuvre sinistre d'occupation et de colonisation des territoires palestiniens, en parfaite violation du Droit International, avec le soutien de l'Empire américain et la complicité de puissances occidentales comme la France!
Je suis allée chanter, en 2010, à Ramallah, en Cisjordanie occupée. J'ai vu le Mur derrière lequel vit et meurt le peuple Palestinien, prisonnier sur sa propre terre. J'ai rencontré des enseignants de l'Université de Birzeit qui m'ont décrit l'enfer de l'attente aux "checkpoints" et les humiliations infligées par les soldats à la population. J'ai rencontré des enfants palestiniens qui m'ont dit qu'ils n'avaient jamais pu se baigner dans la mer pourtant si proche, parce qu'elle est de l'autre côté du Mur, le côté qui leur est interdit...J'ai vu les camps de réfugiés palestiniens, j'ai vu les incursions de l'armée israélienne à Ramallah, j'ai vu les bulldozers détruisant les maisons palestiniennes à Jérusalem-Est, j'ai vu les routes interdites aux Palestiniens, j'ai vu, j'ai vu...et j'en ai vu assez pour pouvoir témoigner!
Aujourd'hui, sur cette terre qui s'appelait la Palestine, l'espace vital encore consenti aux Palestiniens se réduit peu à peu comme un peau de chagrin, et pourtant ce peuple n'a jamais baissé la garde et continue de résister comme il le peut à une véritable épuration ethnique qui ne dit pas son nom...Alors, Juliette, n'allez pas chanter en Israël, faites comme de nombreux artistes à travers le monde: boycottez un Etat qui viole quotidiennement les droits des plus faibles, ceux des enfants et ceux de tout un peuple qui ne demande qu'à vivre en paix là où il vivait jadis.
Dominique Grange (chanteuse engagée)

Rédigé par caroleone

Publié dans #Palestine libre, #Arts et culture, #boycott BDS

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

fanfanchatblanc 15/04/2015 10:13

J'avoue ne pas comprendre la décision de Juliette Gréco...
Bisous Caro

caroleone 15/04/2015 10:23

C'est quelque chose du même ordre que la venue de Neil Young . Ces artistes semblent démontrer des idéaux progressistes qu'ils bafouent en se produisant dans ce pays, peu importe la raison qu'ils invoquent.
Bisous Fanfan

almanito 15/04/2015 07:16

Je comprends bien Caro, mais tu sais je connais des gens en Israël qui ne sont pas du tout d'accord avec ce qui s'y passe et seraient bien contents de recevoir cette bouffée d'air frais que serait la venue de Gréco chez eux. La question est toujours épineuse dans ces cas-là, j'avoue ne pas avoir de réponse tranchée parce que je pense à tous ceux qui souffrent aussi là-bas de la situation. Si mon com' choque comme cela arrive parfois, tu peux le supprimer, pas de souci;)

caroleone 15/04/2015 13:44

Le boycott prend de l'ampleur et commence à bien toucher l'état d'Israël, les retombées semblent peut-être ridicules ici car les médias ne s'en font pas l'écho mais ceux qui suivent le savent. On ne peut pas se permettre de baisser la garde dans ce genre de combat, c'est une sorte de lutte qui semble peut-être faite de brèches que certains essaient de colmater, moi en tout cas, je suis pour gêner le plus possible les entournures d'un pays qui se permet de faire disparaître un peuple au mépris de toutes les lois.

almanito 15/04/2015 12:50

Certains manifestent, il ne faut pas l'ignorer. Je comprends le boycott, mais n'est ce pas justement dans ces pays là qu'il faut insuffler "la bonne parole"? Et puis croit-on sérieusement que l'absence de J. Greco (que j'aime beaucoup) va changer la politique de ce gouvernement?

caroleone 15/04/2015 10:25

Il s'agit d'un boycott culturel, le seul moyen de pression que l'on puisse avoir sur l'état d’Israël, le toucher dans son économie mais aussi dans sa gloriole. Le Boycott a pour but également de sensibiliser les artistes comme c'est le cas de Dominique Grange et de Roger Waters qui sont devenus depuis des ambassadeurs du BDS et des défenseurs de la cause palestinienne et fédèrent d'autres autour d'eux.

C'est vrai que cela peut faire des victimes collatérales que l'on oublie car l'urgence est ailleurs comme tu t'en doutes et je pense que les personnes qui vivent dans ce pays et ne sont pas d'accord avec ce qu'il fait subir aux palestiniens doivent s"unir comme cela se fait un peu plus à présent pour faire entendre une autre voix et tenter de faire pression de l'intérieur sur l'état. C'est ce que je ferais tu vois, si je pensais être lésée dans mes droits ou victime d'une injustice, si évidemment j'avais décidé de rester vivre dans un tel pays.