Le pouvoir organise l’aculture générale

Publié le 20 Avril 2015

La carte des manifestations artistiques et culturelles supprimées traduit un grave abandon 
des pouvoirs publics. Au nom de l’austérité, la culture sert de variable d’ajustement.

Une politique culturelle s’écrit-elle à coup de tweets ? Notre ministre de la Culture et de la Communication (numérique) a un léger penchant pour cet usage, l’exercice consistant à donner son avis, pardon, à produire une pensée politique en 140 signes. Ainsi Fleur Pellerin se réjouissait-elle du lancement, le 25 mars dernier, du forum Entreprendre dans la culture afin de « promouvoir et de valoriser l’entrepreneuriat dans le champ des industries culturelles ». Curieuse tournure de l’esprit qui consiste à dénaturer le cœur même de la mission de service public de ce ministère et à quémander auprès d’entrepreneurs généreux quelque argent. On est loin des promesses de François Hollande qui affirmait vouloir pérenniser le budget de la culture. Hier la droite, aujourd’hui la gauche socialiste semblent se partager le sale boulot. La culture devenant une variable d’ajustement, tout comme les intermittents, tout comme l’enseignement artistique, tout comme la liberté de création.

Voir en plein écran

 

Les conséquences du désengagement de l’État auprès des collectivités territoriales s’annoncent désastreuses. Le premier se défaussant de sa responsabilité sur les secondes. Nous n’en sommes qu’au tout début mais la carte de France des festivals annulés cet été est terrifiante. L’an prochain, la situation se sera encore aggravée. À ce rythme d’économies appliquées au pas de charge, c’est le droit jusqu’ici fondamental de chaque citoyen à partager une aventure artistique et humaine unique qui sera annihilé. S’aventurer au théâtre, pousser les portes d’une bibliothèque, assister à un concert de jazz sous les pommiers, flâner dans les musées ne sont plus des objectifs prioritaires. La réforme des collectivités territoriales et le désengagement de l’État accélèrent ce processus de délitement qui faisait de la France, jusqu’alors, le pays dont le rayonnement culturel dépassait ses frontières.

Pour lire la suite :

 

Rédigé par caroleone

Publié dans #Arts et culture

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article