Kokopelli divinité des Pueblos

Publié le 4 Avril 2015

Kokopelli divinité des Pueblos

image ci-dessus "Petroglyphs, Mortendad Cave" byLarry Lamsa - Flickr: Petroglyphs, Mortendad Cave. Licensed under CC BY 2.0 via Wikimedia Commons -

***

Kokopelli est un personnage mythique des indiens Ansazis et Hohokams (ainsi que d’autres après) des EU depuis plus de 3000 ans.

Il est symbole de fertilité, de joie, de fête, de longue vie.

C’est un esprit de la musique, un conteur, un voyageur de commerce, un faiseur de pluie, un guérisseur, un professeur, un magicien, un séducteur, un fertilisateur (son autre nom est Casanova Anasazi ou Casanova of the Cliff Dwellers).

Il a la sagesse de l’âge.

Son nom se décline ainsi :

Koko = le bois pilau = la bosse en langue navajo.

Cela se prononce kô kô pel lê.

En langue zuñi : koko = dieu et pelli = le nom d’une mouche voleuse qui porte une bosse et une trompe nasale proéminente.

On le trouve aussi sous les noms : Kokopilau, Kokopele, Kokopetiyot, Olowlowishkya(langue zuni)

Kokopelli divinité des Pueblos

image "Kokopelli kachina" by Fewkes, Jesse Walter - Jesse Walter Fewkes, Hopi katcinas drawn by native artists, 1903 - download at archive.org: H-stt

****

Son double au féminin, c’est Kokopelli Mana, elle est présentée comme son épouse et séduit les hommes.

C’est le seul personnage connu anthropomorphique sur peinture rupestre à avoir un nom, une identité et un genre établis.

C’est un concept religieux et c’est une erreur de le traiter comme une plaisanterie ou un amusement. Cela est jugé blasphématoire par les indiens lorsqu’on le traite en objet décoratif.

Kokopelli divinité des Pueblos

image « Kokopelli petroglyph » par Paul Asman and Jill Lenoble — Flickr: Kokopelli petroglyph. Sous licence CC BY 2.0 via Wikimedia Commons -

***

Les pétroglyphes

Sur les nombreux pétroglyphes découverts sur les parois des falaises bordant les canyons ou encore dans les ruines des villages Pueblos, figurent des représentations anthropomorphiques qui n’excèdent souvent pas 25 cm de hauteur, parfois réduite à une simple silhouette mais reconnaissable à ses attributs constants.

C’est un petit bonhomme bossu avec parfois le dos très bombé. Certaines figures humaines sont exagérément phalliques, se tenant la plupart du temps debout, Kokopelli semble marcher au pas de parade ou danser à la manière indienne.

Kokopelli divinité des Pueblos

image "Kokopelli 1" by Carptrash at English Wikipedia. Licensed under CC BY-SA 3.0 via Wikimedia Commons - DimiTalen

****

Le plus grand nombre de ses bossus est occupé à jouer de la flûte, une longue flûte ou flageolet. Parfois ils sont associé à des animaux , on pense qu’alors ils agissent comme chasseurs.

Parfois ils sont associés à d’autres hommes, des archers comme est représenté bien souvent Kokopelli et ils doivent alors être des guerriers ou des participants à la danse de guerre.

Il porte d’ailleurs comme les guerriers ou les prêtres des plumes sur la tête, longues et recourbées.

Les sites sur lesquels les dessins apparaissent sont dans la vallée du rio Chama, sur les pentes abruotes de la Bajada, au sud des ruines de Pueblo San Marcos, à l’est des ruines du Pueblo Blanco, dans le hameau mexicain de Cienéguilla (c’est d’ailleurs ici qu’il y en aurait le plus).

On peut voir également des représentations du bossu sur des céramiques de la période de Pueblo I.

Il est représenté également sur des peintures rupestres au Pérou et au Canada.

Kokopelli divinité des Pueblos

image « Arizona, hopi, bambola kokopelli kachina, fine del XIX sec » par Sailko — Travail personnel. Sous licence CC BY 3.0 via Wikimedia Commons -

****

Il y a de nombreux mythes et histoires sur Kokopelli

Dans certains, il possède dans sa bosse des graines, des plantes, des bébés, des mocassins, des couvertures, des sacs, des chansons, des objets rituels sacrés et médicinaux destinés à offrir aux personnes qu’il souhaite séduire ou contenter.

En faisant ses dons il joue de la flûte et il est alors le souffle de la vie.

On souhaite sa venue lors des saisons de plantation du maïs et les épouses stériles le recherchent.

D’autres mythes disent qu’il parle du vent et du ciel. Il incarne la pureté et le spirituel de la musique.

Apportant la bonne fortune et la prospérité à celui qui écoute ses chants, il est annoncé par le son de sa flûte et à son départ la récolte est abondante et les femmes enceintes.

Dans d’autres mythes, son phallus proéminant est parfois détachable, flotte en aval et imbibe secrètement les demoiselles se baignant dans le rio.

Cette divinité est connue des indiens Nnavajos, Hopis, Zuñis, Anasazis, Mogollon, Hohokam, Fremont, Tewa, Mimbres.

Il est toujours révéré de nos jours par les descendants des Taos et le peuple Acoma.

**

image ci-dessous « Kokopelli NWS » par National Weather Service staff — http://www.crh.noaa.gov/Image/gjt/images/ImageGallery/kokopell.jpg. Sous licence Domaine public via Wikimedia Commons - Skyerise

Kokopelli divinité des Pueblos

Kokopelli et les femmes du Maïs
Il y a très longtemps, les hommes du village partirent en chasse. C'était à la fin de l'hiver et il y avait très peu à manger dans le village. Les femmes et les enfants restèrent en raison des lourdes chutes de neige. Les hommes étaient supposés partir au loin pour seulement trois couchers du soleil, mais en raison de la neige ils se sont perdus. Ils sont restés absents plus de 20 couchers du soleil et quand ils revinrent au village, tous les enfants sont sortis en courant pour les saluer. Les hommes étaient heureux de voir les enfants, mais furent perplexes car aucune femme ne vint les saluer. Quand ils pénétrèrent dans le village ils découvrirent toutes les femmes mortes ! Les femmes s'étaient sacrifiées pour que les enfants puissent vivre. Elles avaient donné toute la nourriture aux enfants.
Le chaman du village dit aux hommes "Nous devons danser la Danse d'Action de grâces, en remerciement d’être revenu sain et sauf". Les hommes se sont écriés, "Comment pouvons-nous avoir une Danse d'Action de grâces après la mort de toutes nos femmes ?" Le Chaman dit simplement "Ayez confiance dans la Nature créatrice" Les hommes organisèrent donc une Danse d'Action de grâces et cette nuit la Nature apparue au Chaman. Elle lui a dit de faire quelque chose d'impensable. Elle lui dit d'enterrer toutes les femmes ensemble, dans une tombe unique et peu profonde. Le matin suivant toutes les femmes ont été enterrées ensemble. Cette nuit, les hommes et les enfants ont dansé la Danse d'Action de grâces avec des cœurs lourds. La Nature recouvrit le village d’un profond sommeil et envoya un esprit fantastique au village. L'esprit était grand et majestueux et joua de la flûte. Il alla à la tombe et commença à jouer de sa flûte. Il se pencha sur la tombe et, tout en jouant, il pleura, des larmes abondantes coulant de ses yeux. Ces larmes devinrent des graines de maïs et il joua, joua et il pleura, pleura. À la fin de 20 couchers du soleil notre Créateur lui a dit, "Kokopelli, vous resterez bossu pour toujours comme un hommage aux jeunes filles que l'on connaîtra pour toujours comme les Jeunes filles du Maïs. Vos larmes qui sont venues de votre cœur, sont devenues les graines de vie, le maïs. Le peuple ne souffrira jamais plus de la faim car vous leur avez donné la vie.

Andy Salinas

Rédigé par caroleone

Publié dans #ABYA YALA, #indigènes et indiens, #Savoirs des peuples 1ers

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
D
que de merveilles tu fais connaître !
C
Il y en a des merveilles avec les civilisations.
A
Passionnant, j'ai un peu honte mais je ne m'étais jamais demandé quelle était la provenance du nom..( que nous connaissons tous, pourtant)<br /> Merci Caro, pour cet article si bien documenté.
C
Non, tu sais, c'est normal peu de gens se posent la question de savoir si ce petit bossu du marchand de graines Kokopelli existe et d'où il vient. Moi aussi, je l'ai découvert comme ça par hasard parce que je fais toujours des recherches sur les peuples, je l'ai découvert en suivant la piste des Pueblos évidemment. Mais tout le monde ne fait pas le même genre de recherches. La flûte a dû aussi me mettre sur la piste quand j'ai écris sur la siyotanka.Je me régale en fait et j'ai peur de ne pas pouvoir connaître tout ce que j'aimerais connaître.