Kandi Mossette aux nations unies : Suicides de jeunes autochtones et industries minières

Publié le 28 Avril 2015

 


Kandi Mossett, Mandan, Hidatsa, Arikara du Dakota du Nord où les forages de pétrole et de gaz et la fracturation ont causé la mort et le désespoir

 

KANDI MOSSETT AUX NATIONS UNIES : ‘LAISSEZ-LE DANS LE SOL’, C’EST LE MESSAGE DES JEUNES AUTOCHTONES D’AMERIQUE

Mardi 21 avril 2015
Publié sur Censored News

14ème Session du Forum Permanent sur les Questions Autochtones, 21 avril 2015
Point d’Agenda 3(c), La Jeunesse, l’autodestruction et le suicide

Madame la Présidente,
Membres du Forum Permanent,
Eminents Frères et Sœurs, Représentants des Nations des Peuples Autochtones

Je parle au nom du Réseau Environnemental Autochtone [Indigenous Environmental Network], de MADRE et d’une douzaine d’Organisations de Peuples Autochtones et de réseaux régionaux d’Amérique du Nord, Centrale et du Sud, d’Afrique et d’Asie sur les causes fondamentales de l’autodestruction et du suicide chez les jeunes Autochtones.

Afin de protéger et de promouvoir le bien-être de la Jeunesse Autochtone et de prévenir l’autodestruction et le suicide, nous devons mettre un terme à la destruction de Notre Mère la Terre. Lorsque nous voyons des gouvernements, des industries minières et des multinationales violer et détruire Notre Mère la Terre, çà détruit simultanément notre espoir pour le futur et diminue notre volonté de vivre. Il y a un lien direct entre les dommages causés à Notre Mère la Terre, en particulier sur nos terres et territoires, et la montée en flèche des taux d’autodestruction et de suicides chez les jeunes Autochtones.

De plus, les industries minières et la combustion de carburants fossiles causent un changement climatique. Il faut absolument que les Nations Unies et les gouvernements entreprennent une action réelle contre le changement climatique.

En conséquence, nous vous soumettons respectueusement les RECOMMANDATIONS suivantes :

Que le thème spécial de la 15ème Session du Forum Permanent de l’ONU sur les Questions Autochtones soit : ‘Territoires des Peuples Autochtones et Industries Minières’ et que le Forum Permanent organise une réunion d’experts sur les Territoires de Peuples Autochtones et les Industries Minières avant la 15ème Session.

Que les Etats instaurent une limitation de l’extraction de pétrole et autres carburants fossiles par laquelle 80% des réserves de carburant fossile soient laissés dans le sol.

Que la Convention-cadre des Nations unies sur les changements climatiques et le futur Accord de Paris mettent en œuvre et protègent la Déclaration des Nations Unies sur les Droits des Peuples Autochtones et tous les autres instruments des droits de l’homme.

Que la Convention-cadre des Nations unies sur les changements climatiques et le futur Accord de Paris incluent des engagements juridiquement contraignants de réduire les émissions de gaz à effet de serre de 60 à 80% à la source, comme il est recommandé par les Nations Unies, sans fausses solutions, y compris le commerce des droits d’émission, les crédits de carbone, les Mécanismes de Développement Propre, REDD+ [Reducing emissions from deforestation and forest degradation], le Captage et stockage du Carbone, les plantations d’arbres en monoculture et les carburants d’origine agricole.

Madame la Présidente, notre connexion avec la terre est telle que lorsque nous voyons les compagnies minières déchirer le sol, nous souffrons physiquement, dans nos propres corps. Quand la fracturation hydraulique injecte des produits chimiques dans la terre et empoisonne nos eaux, les femmes, les enfants, les jeunes et tous les peuples Autochtones sont également empoisonnés par ces produits toxiques. Quand l’industrie de l’abattage détruit des forêts entières et des écosystèmes et que nous assistons de nos propres yeux à la mort et la destruction, nous commençons à perdre espoir en l’humanité. La question de savoir si l’avenir vaut même d’être vécu face à une telle destruction s’installe dans nos esprits et nos cœurs et beaucoup de jeunes Autochtones perdent l’espoir au point de croire que l’autodestruction et le suicide sont les seules échappatoires.

Mon propre travail contre la fracturation hydraulique dans le Dakota du Nord nous a montré, à moi et à la communauté de ma réserve, l’urgence de la triste situation. Ce type d’extraction extrême touche négativement la santé mentale et spirituelle de notre jeunesse.

Quand je regarde ma fille d’un an dans les yeux, j’y vois tellement d’espoir et de lumière pour le futur, que je veux que cet espoir reste toujours avec elle. C’est pourquoi nos organisations proposent ces recommandations comme prochaine mesure pour contribuer à assurer que les Jeunes Autochtones ne tombent pas dans le piège de l’autodestruction et du désespoir, mais plutôt qu’ils puissent remplir joyeusement et en pleine santé leur rôle de gardiens de Notre Mère la Terre.

Pour finir, je rappelle aux Nations Unies que « Nous n’héritons pas la terre de nos ancêtres, nous l’empruntons à nos enfants. »

Merci.

———————————————————————
Kandi Mossett
Indigenous Environmental Network
Organisatrice d’une Campagne Autochtone pour l’Energie et le Climat
Notre site : www.ienearth.org

 

Rédigé par caroleone

Publié dans #ABYA YALA, #indigènes et indiens, #pilleurs et pollueurs

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
D
quand l'écologie rejoint les aspirations humaines fondamentales
C
Les indiens, les indigènes ont cette double particularité, c'est pour cette raison entre autre que je les admire et les défends.