L’oiseau poignardé

Publié le 24 Mars 2015

Qui a porté le coup fatal
A l’oiseau de la paix minérale ?
Qui a ensanglanté sa poitrine
Tendre
D’un coup de poignard de feu et d’enfer ?
Sur sa gorge la tache resplendit
D’un écarlate qui semble ravi
Sur son poitrail de plumes douces
Ce rouge carmin éclabousse
De toute son horreur.
On croirait voir son petit cœur
Qui bat de ses derniers soubresauts
On croirait voir l’enfance du monde
Qui dès la naissance sombre
Dans l’absence de lendemain.
Qui a poignardé le bel oiseau
Avec un couteau d’horreur et de haine ?

Carole Radureau (12/03/2015)

L’oiseau poignardé

Gallicolombe poignardée (gallicoluba luzonica)

image « Bleeding Heart Pigeon » par User:Frances76 — Travail personnel. Sous licence CC BY-SA 3.0 via Wikimedia Commons -Vibhijain

Rédigé par caroleone

Publié dans #Mes anar-poèmes, #Les oiseaux

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
D
oui à "On croirait voir l’enfance du monde" c'est ce que je ressens devant notre nid
C
On a besoin de revenir aux fondamentaux, tu vois, je le dis toujours !!
A
C'est horrible. Rien à ajouter parce que ton poème en dit bien plus long et bien mieux que je ne saurais le faire. Haine et bêtise profonde.
C
Ah! mais non tu sais, on croirait bien qu'elle a été poignardée mais c'est sa parure qui est ainsi.
J'ai été impressionnée quand je l'ai découverte mais c'est la pachamama qui l'a dotée ainsi d'une tache couleur de sang, certainement c'est pour faire peur aux prédateurs, ou attirer les prétendants, ou bien encore c'est pour faire poétiser les muses inspirées.