Journée de la femme à Magnanville

Publié le 8 Mars 2015

Journée de la femme à Magnanville

Avant toutes choses, un grand merci aux amis et à la famille qui ont joué une fois de plus le jeu et décidé de se dévouer pour cet événement.

Le soleil présent était un bel allié et un heureux compagnon.

Un petit groupe a donc décidé de me suivre dans cette idée '"saugrenue" de journée de la femme en soutien aux femmes du Chiapas insurgé, aux femmes de la société civile Las Abejas en particulier.

Notre prise de risques à nous autres est très minime, elle consiste à éventuellement se retrouver seuls ou une poignée d'individus à défiler dans la rue avec des affiches revendiquant des choses que nos concitoyens méconnaissent totalement.

Parce que, ne nous leurrons pas, en France autour de nous, on ne se bat pas pour les droits des femmes.

Non, tout simplement parce que l'on pense qu'elles en ont et certainement pour beaucoup de gens pensent-on qu'elles en ont de trop.

Mais, ici ce qui nous rassemble, c'est la cause des femmes indigènes, des autochtones qui elles, se battent pour obtenir ce que nous avons obtenu et semblons ne même pas nous en apercevoir, parce que pour elles, cela est du niveau de l'urgence.

Et pour nos sœurs du monde, nous nous devons d'être chaque journée officielle dans la rue pour revendiquer leurs droits et affirmer par-là même les nôtres.

Si nous, nous ne prenons pas grand risque, au pire une ou deux nuits blanches et du stress mal placé, nos compañeras du Chiapas, elles en prennent beaucoup.

En effet, elles ont décidé cette année de se rendre au camp militaire de Majomut défier les paramilitaires armés, elles pour toutes armes certainement des fleurs et des revendications.

Oh! elles ne vont pas leur réciter des poèmes mais tout simplement leur demander de partir.

Les femmes organisées de Las Abejas veulent aussi faire fermer les bars car les violences occasionnées par les dégâts de l'alcool, dans leurs foyers, elles en font les frais chaque jour.

Les hommes au Mexique ne reconnaissent pas de droits aux femmes et nombreuses encore sont celles qui ne peuvent pas sortir pour s'organiser dans les coopératives avec les autres femmes qui elles, ont su s'émanciper. Il y a encore beaucoup à faire pour bouger les mentalités.

Après lecture du communiqué écrit par les femmes à mes troupes, nous sommes partis sur notre parcours, attirant malgré tout les attentions des automobilistes avec nos affiches.

Ensuite nous nous sommes réunis au bar du Colombier pour discuter un peu de la façon de nous organiser l'an prochain car chacun-e est prêt à réitérer l'expérience, mais en la médiatisant encore plus, en l'organisant plus en amont . C'est vrai, je ne suis pas du tout fortiche en la matière. Mais à présent, je sais que je peux compter sur quelques amis.

Toutes les bonnes volontés sont les bienvenues.

Merci encore à vous qui me faites le plaisir de votre amitié et de votre attention.

Merci aux amis de la toile qui me soutiennent également au quotidien, les soutiens sont précieux même petits pour qui, comme moi tente de refaire surface et de réamorcer une dynamique avec de petites forces.

Les combats pour les droits de l'homme et de la femme ne sont pas des combats qui démarrent sur les chapeaux de roue.

De prendre le risque d'être visibles et de militer avec un slogan ou une revendication, ou même tout simplement une pensée dans la rue, à la vue de tous, c'est prendre un engagement que d'aucuns ne savent pas prendre.

Je suis fière de mes amis, de ma famille et de ceux qui soutiennent avec moi des femmes courageuses à l'autre bout du monde et qui ont été touchés un jour, comme je l'ai été par leur quotidien.

Caroleone

Journée de la femme à Magnanville
Journée de la femme à Magnanville

Rédigé par caroleone

Publié dans #Le chiapas en lutte, #Droits des femmes, #Las abejas, #Réflexions

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
M
J'ai bien pensé à toi aujourd'hui Caro ! Je vois que tu es allée au bout de ton projet avec des personnes chères à ton coeur et que vous avez l'intention de persévérer. J'en suis très contente et tu sais comme je suis admirative de tes actions sur le terrain à présent, sachant les efforts que ça engendre encore plus pour toi ...
Bises.
C
Bonjour Michèle,

Ce n'est pas facile c'est vrai, car j'ai perdu l'habitude qui seule, permet d'aller de l'avant sans trop se poser de questions. Avant, j'étais plus fonceuse, mais petit à petit ça revient et les idées avec.J'ai la chance d'avoir des amis sincères, peu c'est vrai, mais comme je leur ai dit, de qualité et cela compte. J'ai la chance d'avoir un soutien de choix dans la logistique et là j'ai eu un sacré coup de main dans la communication mais hélas, cela n'a pas permis de fédérer. Il fait beau, certaines personnes sont encore en vacances, d'autres sont grippées. C'est dimanche, ce n'est pas évident mais je suis contente car cela à fortement interpellé au point où à un rond-point les voitures qui regardaient nos affiches auraient pu se rentrer dans le c....Bon ensuite c'est la répétition qui est importante pour s'inscrire dans le temps. Et j'ai un autre projet moins stressant pour moi mais dont il va falloir que j'abatte une barrière. Je te raconterais en aparté des choses imprévues qui me sont arrivées. Maintenant, les malheureuses copines se trouvent entraînées dans mes idées farfelues, parfois quand je vais bien, les gens doivent regretter !!
Mais tu sais, ce que je fais c'est peu par rapport à ce que j'aimerais faire et faisais avant.

Bises et bon courage à vous deux et la Bibiche, j'espère que vous avez beau temps comme ici.

caro
A
Oui, bravo Caro.
C'est à toi que nous devons dire merci, pour ton courage, ta volonté inébranlable, la force de tes convictions, pour tout ce que tu transmets, tout ce que tu nous apprends.
C
C'est gentil de me dire cela mais tu sais, je suis une piètre rassembleuse et comme je ne suis pas du tout portée sur la comm, les idées n'avancent pas très vite (en dehors de la toile, là c'est différent)
Mais, on va insister et faire de cet événement un rendez-vous annuel et qui va s'imposer dans le paysage du mantois. En même temps on a grand besoin de soutenir les communautés, ce n'est pas un vain soutien envers des gens qui ne savent pas apprécier et qui vont se parjurer dès notre dos tourné comme ce que l'on peut faire quand on soutient des politiques. Non, c'est soutenir des personnes humbles et fières, justes et courageuses et rien que ça, c'est le bonheur d'être militant.
Bises et merci de tes visites

caro
F
Il est vrai que notre sort n'a rien à voir avec celui des femmes dont tu parles
Bravo
Bisous
C
Bonjour Fanfan,

C'est pour cette raison, quand on a connaissance du sort des femmes du monde, il faut que nous soyons solidaires. Au Québec, les femmes autochtones sont très maltraitées également, je les soutiens aussi mais malheureusement, ce que je peux faire sur mon blog en soutenant de nombreuses communautés, je ne peux pas me permettre de le faire sur le terrain où cela est déjà bien difficile de faire connaître une seule communauté. Le blog pour moi est un allié de choix dans ce désir de soutien inconditionnel et non sectaire. Je voulais créer une association justement pour pouvoir fédérer toutes les luttes mais c'est très compliqué car je défends des luttes anarchistes et rebelles et pour créer une association il ne faut pas que ce soit cela comme tu t'en doutes. Ah !! nos libertés ne sont qu'un leurre, on a tant de barrières à franchir pour arriver à de petits résultats.

Bises et merci de ta visite

caro