Je ne marche pas seul dans la nuit

Publié le 17 Mars 2015

Je ne marche pas seul dans la nuit noire
Dans la nuit qui devient brune.
Le petit peuple
Laborieux
Qui ne sait pas encore qu'il a une puissance
Derrière les vitres rayées et dépassées
Efface une buée d'ombre et de poussière
D'un revers de main fatigué.
Dans un miroir reflétant le passé
J'ai vu un rayon de lune qui semblait dire :
Les nuées qui traînent dans les caniveaux de l'infortune
Finissent toujours par déborder
Et accrochées au fil à linge du temps qui passe
Elles sèchent tels des harengs saurs qui pourrirent
D'avoir cru un jour
Que le pouvoir sur les êtres
Elles possédaient très sûrement.

Carole Radureau (16/03/2015)

Rédigé par caroleone

Publié dans #Mes anar-poèmes

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
H
Bonjour Caro<br /> <br /> Comment te dire ...<br /> Le petit peuple laborieux ? <br /> Je n'aime pas du tout cette formule, quelle que soit l'époque !<br /> On dirait du Rafarin dans le texte, voir pire, du faux Marxisme, bref de la propagande !<br /> Il faut de l'amour pour faire la Révolution, non? <br /> Putain, merde, Caro , ils sont en train de gagner ceux qui poussent le Haimomètre à fond ?<br /> Si je me permet de te parler ainsi, c'est parce que t'es ma petite soeur<br /> Ne tombe pas dans ce piège à cons<br /> qui nous fait croire qu'on est tous différents<br /> Un peut comme si on était divisés pour que d'autres règnent mieux<br /> Il n'y a pas de petits, beaucoup de laborieux, et un mot "peuple" usurpé par les cupides<br /> Tu vois, c'est un peu le point commun entre les Indiens et les Bluesmens, ils sont en rythme avec la vie, la vraie, celle qui se parfume de Liberté<br /> <br /> <br /> Bisous<br /> <br /> Serge
C
Bonjour Serge,<br /> <br /> Tu n'as pas tort, j'ai dû me laisser récupérer par faiblesse parce que moi, l'essence de la révolution je l'ai belle et bien perdue.<br /> <br /> Je crois que je suis bonne pour prendre ma retraite à tous les niveaux.<br /> Merci de me secouer les puces.<br /> Bises<br /> <br /> caro
A
De plus en plus brune, la nuit, oui. On est bien sur la même longueur d'onde, je pense.<br /> Un poème qui me touche aussi beaucoup, forcément.
L
Un poème qui me touche. Bravo.
C
Merci beaucoup.