La pierre, la plume et la tenaille (T'écrire, Leonard)

Publié le 4 Février 2015

La pierre, la plume et la tenaille (T'écrire, Leonard)

Je suis le miroir qui reflète la nuit

Le tableau d'ardoise sur lequel les mots

S'alignent en phrases de cilice

Ponctuées par les virgules de la méconnaissance

Je suis le fil de l'espérance

Aiguisé par les intempéries du temps qui passe.

Je suis la messagère des âmes qui s’aventurent

Le fourreau d'un sang qui bat même dans le couloir de la mort

Un éventail qui puise dans la sève son effort

La part de l'aile qui s'appelle liberté

La part du poitrail qui rougit de colère

Quand sur la terre l'injustice s'étale.

Vas-tu enfin desserrer ton étau

Laisser la bride au cou relâcher son étranglement ?

Vas-tu enfin cesser de serrer ta mâchoire

Sur la pierre du destin provisoire

Et sur la plume de l'espoir renaissant ?

Si la rouille peut vaincre tes charnières

L'humilité et la sagesse jamais ne t'ont connu

Et dans ta prise qui jamais ne cesse

Les espoirs ne sont pas perdus :

Sur la pierre de lune j’écrirais le mot-clé qui ouvre les portes

Des prisons

Avec la plume de l’aigle des prisonniers, j’actionnerais le rouage

Du cadenas des confusions

Celui qui un soir d’orage oublia son nom…..

Son nom d’outrage qui dans le temps

Avait décuplé son serment.

Carole Radureau (02/02/2015)

A toi mon Leonard, 40 années en prison pour du vent……dans nos cœurs le vent n’existe pas et quand ton nom résonne de sa tonalité, c’est l’amour qui vient toujours le premier.

Ce texte est libre de droit et diffusé sous licence creative commons

Rédigé par caroleone

Publié dans #Mes anar-poèmes, #Leonard Peltier

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
L
somptueux !
C
Merci les cafards...chuis touchée.
Bizz de caro
A
Je le dis souvent sur tes poèmes, désolée mais c'est très fort. Un souffle d'espérance et de liberté court dans tes lignes. Espérons qu'il n'y ait pas à attendre que la rouille fasse son œuvre....
C
Bonjour Almanito,

Si moi, je ne crois pas aux ondes.....elles m'ont toujours aidé à guérir quoiqu'on en dise et je crois beaucoup à la force de la pensée magnétique. Pourquoi, parfois on fait telle chose et pas une autre, pourquoi à l'autre bout de la France un ami, une amie sens qu'il ou qu'elle n'est pas seul (e), c'est de ça dont il s'agit aussi. La terre est bien faite, elle nous donne toujours les réponses aux questions .

Bises

caro
A
Tu as raison d'y croire, j'y crois ferme aussi.
C
Leonard fait partie de ceux dont je pourrais écrire x poèmes sans me lasser et je crois sans perdre l'encre de mon sang qui dicte mes mots. Je songeais ce matin à ce que connaître de telles personnes, du moins en ce donnant en tant que militant le loisir d'aller à la découverte des problématiques des prisonniers politiques pouvait apporter comme traumatisme dans l'avenir qui semble se profiler pour 3 d'entre eux, à savoir qu'ils ne seront sans doute jamais libérés. Quelle chose difficile à admettre alors que tant de gens se mobilisent chaque mois dans le monde pour améliorer leur quotidien, porter leurs paroles, porter leurs revendications de justice. J'aimerais tant que Leonard puisse prendre connaissance des textes que je lui écris.....mais je me dis que les mots se portent sur les ondes ou dans les plumes des aigles et que, traduits ou pas ils amènent toujours à l'intéressé, à celui auquel on accorde toutes nos pensées, la géographie complète des mots et de l'ensemble, la belle humanité et le bel amour qu'on y a glissé .
C'est du magnétisme tout simplement et songer au magnétisme,pour combler tous les vides de notre existence, c'est réconfortant. Et je sais que ça marche.

Bises et merci de ta visite

caro