L’oiseau communiste

Publié le 7 Février 2015

L’oiseau  communiste

Dans mon jardin hivernant
Se balade sa gorge rouge en avant
Le petit oiseau de mon cœur.
Il est vif et dressé comme un coq
Il met en avant l’éperon de son poitrail
Rouge-sang
Qui fait fuir même les sansonnets.
Georges a un secret
Je vais vous le révéler :
Il est le symbole des communistes
Comme eux, il fait peur aux milices
Et gare à ceux qui trompent ses idéaux
Il leur vole dans les plumes son étendard
Perché haut.
Pourquoi Georges ce petit passereau
Fait fuir les plus valeureux combattants ?
Sa couleur qui flamboie au plus profond de la nuit
Epée qui tranche de sa lame rouge dans le vert du palmier
Qui luit sur la blanche neige telle une goutte de sang
C’est le sang marxiste au valeureux programme.
Il s’appelle Georges
Comme vous le savez
La rime n’est pourtant pas si évidente.
Il s’appelle Georges
Mais croix de bois croix de papier mâché
Son nom entier, c’est Georges Marchais.

Carole Radureau (01/02/2015)

Rédigé par caroleone

Publié dans #Mes anar-poèmes, #Les animaux de caro, #Les oiseaux

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
A
J'ignorais tout cela... Evidemment je comprends mieux maintenant.
C'est vrai qu'il est impressionnant:))
.....Gare aux deux sœurs noires: s'il leur venait un jour d'avoir quelques velléités sanguinaires à l'encontre de ce valeureux héros, je crains le pire quand à la réaction de Caro....
C
Je me posais la question du pourquoi les rouge-gorge font-ils peur aux autres ainsi malgré leur petite taille !
Et puis l'histoire m'a rattrapée et Georges a été baptisé, on en rigole à la maison maintenant.
Plus jamais nous ne verrons des Georges pareil.
Dans ma série sur les oiseaux de fin d'année, j'avais deux oiseaux de Carlo Cafiero, les oiseaux anars. Ils sont superbes aussi, avec du rouge et du noir.
Mais sans rire, je ne sais pas comment je réagirais si un jour une chatte me ramenait Georges mort.
L'année dernière j'ai enlevé un oiseau de la gueule de Calinka et il est mort dans mes mains, j'ai pleuré comme une madeleine et j'ai écris un poème. Je crois que je ne suis pas prête pour la Révolution.