Bel oiseau : Le pygargue à tête blanche

Publié le 22 Février 2015

Bel oiseau : Le pygargue à tête blanche

image « Bald Eagle Alaska (7) » parCarl Chapman from Phoenix, usa — Eagle Shots. Sous licence CC BY 2.0 via Wikimedia Commons -

*****

Nom latin : haliaeetus leucocephalus

Famille : accipitridés

Rapace d’Amérique du nord.

Autres noms : bald eagle (aigle chauve), aigle à tête blanche.

Malgré ces appellations, il n’est pas un aigle du genre aquila mais un pygargue du genre haliaeetus.

Ce qui le distingue des aigles, c’est son régime alimentaire composé presque essentiellement de poissons ce qui le fait appeler aussi aigle pêcheur.

Deux autres éléments le différencient également de l’aigle :

  • Ses pattes ne sont pas recouvertes de plumes jusqu’ aux serres (caractéristique des aigles)
  • Son bec est massif

Il existe deux sous-espèces :

  • Haliaeetus leucocephalus leucocephalus : 38e parallèle nord (San Francisco, Californie, sud des EU, Basse Californie)
  • Haliaeetus leucocephalus washingtoniensis : nord des EU (Canada et Alaska), sud du 38e parallèle nord. Il est plus grand que l’autre sous-espèce.
Territoire

Toute l’Amérique du nord, de l’Alaska au Mexique.

Il est l’emblème national des Etats-Unis.

Statut UICN : préoccupation mineure

Au Québec : il est classé en tant qu’espèce vulnérable même si l’espèce semble en légère augmentation et dépasserait les 500 spécimens (une centaine sur l’île d’Anticosti et le reste en Outaouais).

Au milieu du XXe siècle pourtant, il en était tout autrement et l’oiseau était bien menacé. Les raisons :

  • Fragilisation de la coquille des œufs due probablement à l’usage du pesticide DDT et à la biomagnification. Le DDT affecte également le métabolisme de l’oiseau et le rend stérile. En 1950 il ne restait que 412 couples de pygargues à tête blanche aux EU (hors Alaska).
  • Dégradation du milieu naturel
  • Chasse illégale
  • Electrocution sur les lignes à haute tension
  • Collisions
  • Pollution au pétrole, au plomb, au mercure
  • Intrusions humaines
  • Prédateurs

Protégé aux EU par un traité sur les oiseaux migrateurs datant de 1918 ainsi qu’au Canada il va falloir le Bald eagle protection act de 1940 pour interdire la chasse et la capture à des fins commerciales et il sera déclaré espèce menacée aux EU en 1967.

En 1989, le DDT est banni au Canada.

Le nombre d’oiseaux augmente pour atteindre au début des années 80, 100.000 oiseaux puis en 1992, 110.000 à 115.000 individus.

Aujourd’hui, la population semble stable et il a été retiré de la liste des espèces en danger par le gouvernement américain en 2007.

**

image ci-dessous « Bald Eagles Homer Alaska USA » par Whitehouse, Laura L. — U.S. Fish & Wildlife Service. Sous licence Domaine public via Wikimedia Commons - MGA73bot2

Bel oiseau : Le pygargue à tête blanche
Bel oiseau : Le pygargue à tête blanche

image « Carpentersville Dam (8302470816) » par CheepShot — Carpentersville Dam. Sous licence CC BY 2.0 via Wikimedia Commons - Tm

****

Habitat

Il affectionne les côtes maritimes, les cours d’eau et les lacs poissonneux, les étendues d’eau doivent avoir une circonférence supérieure à 10 km.

Il lui faut des arbres hauts (conifères ou feuillus) pour se percher et faire son nid. Ce qu’il préfère, ce sont les forêts où la canopée couvre 20 à 60 % et où se trouve un plan d’eau.

Les activités humaines le dérangent et il a besoin de zones sauvages pour se développer au mieux.

L’hiver les pygargues se rassemblent dans certains secteurs par exemple à Squamish entre Vancouver et Whistler ou environ 1000 à 2000 oiseaux hivernent pour y pêcher les saumons des rivières Squamish et Cheakamus.

Description

C’est un oiseau de grande taille : 71 à 96 cm et 3 à 6.3 kg en moyenne.

Il existe un dimorphisme sexuel, la femelle étant 25% plus grande que le mâle.

Envergure mâle : 168 cm, femelle : 244 cm.

Poids mâles 4.1 kg, femelles 5.8 kg

Il semble que le dimorphisme n’existe plus à l’âge adulte (vers 5 ou 6 ans) et la couleur des plumages étant identique, il est difficile de les distinguer

**

image ci-dessous « DSC 0196 (8097676746) » par vastateparksstaff — DSC_0196Uploaded by AlbertHerring. Sous licence CC BY 2.0 via Wikimedia Commons -

Bel oiseau : Le pygargue à tête blanche

Selon les régions, les tailles peuvent varier : en Floride les oiseaux sont plus petits. Les plus imposants sont ceux qui vivent en Alaska (jusqu’à 7.5 kg et une envergure de 240 cm).

Le plumage est brun, la tête et la queue blanches.

Le bec est fort et crochu.

Les orteils sont courts et munis de puissantes serres permettant de saisir et immobiliser les proies. La serre à l’arrière du talon sert à les transpercer.

Le cri

Il est perçant et jacassant mais le jacassement est de faible intensité et se retranscrit ainsi : « kleek kiki k ik ik ».

Les yeux, le bec et les pattes sont jaunes.

Bel oiseau : Le pygargue à tête blanche

image « Haliaeetus leucocephalus-whale-USFWS » par U.S. Fish and Wildlife Service — U.S. Fish and Wildlife Service. Sous licence Domaine public via Wikimedia Commons - MPF

*****

Régime alimentaire

Même si son mets de choix est le poisson il peut parfois être opportuniste.

Sur le littoral nord-ouest du Pacifique il pêche les truites et les saumons.

En Colombie britannique, les poissons ne représentent que 10% de son régime, le reste est constitué à 45% de vertébrés marins et 45% d’oiseaux.

L’hiver, quand les proies sont plus rares, il peut se nourrir de charognes d’ongulés, de baleines ou se nourrir d’oiseaux (grèbes, pingouins, mouettes, canards, foulques, aigrettes, oies…)

Parfois également, il peut chasser des mammifères ; lièvres, renards, ratons laveurs, rats musqués. Il se sert de ses serres acérées pour saisir ses proies et les emporter.

Bel oiseau : Le pygargue à tête blanche

image « Dan Pancamo Baytown Bald Eagles Fall 2010-1 » par Dan Pancamo — originally posted to Flickr as Baytown Texas Bald Eagles Fall 2010 by Dan Pancamo. Sous licence CC BY-SA 2.0 via Wikimedia Commons - Keraunoscopia

****

Reproduction

La maturité sexuelle est atteinte vers l’âge de 4 ans et il retourne sur le lien de sa naissance pour y faire son nid (philopatrie).

La saison dans le sud de son aire de répartition est d’octobre à avril et d’avril à août dans le nord.

Les couples se reforment chaque année et seront unis toute leur vie, le lien se brise à la mort de l'un des deux.

Le couple procède à une impressionnante parade nuptiale au cours de laquelle ils s’accrochent tous les deux dans les airs par les serres et tournoient en se laissant tomber et juste avant de toucher le sol, ils se séparent.

Bel oiseau : Le pygargue à tête blanche

image « Bald Eagle in New Smyrna Beach - Flickr - Andrea Westmoreland » par Andrea Westmoreland from DeLand, United States — Bald Eagle in New Smyrna Beach. Sous licence CC BY-SA 2.0 via Wikimedia Commons - Slick-o-bot

***

Le nid d’aigle est construit par le couple sur le sol ou sur une falaise ou encore dans un buisson ou un grand arbre (pin) à côté d’une étendue d’eau.

C’est l’un des plus grands nids d’Amérique du nord, certains peuvent atteindre quatre mètres de haut, 2.50 mètres de largeur et peser jusqu’à une tonne. Il est réutilisé pendant plusieurs année et les oiseaux y rajoutent chaque fois des morceaux de bois ce qui l’agrandit d’année en année.

Bel oiseau : Le pygargue à tête blanche

image « Haliaeetus leucocephalus MWNH 0839 » par Klaus Rassinger und Gerhard Cammerer, Museum Wiesbaden — Travail personnel. Sous licence CC BY-SA 3.0 via Wikimedia Commons -

*****

La femelle y pond en moyenne deux œufs par an, de couleur blanc terne, de 7.3 cm sur 5.5 cm.

Les deux parents couvent les œufs pendant 34 à 35 jours et se ravitaillent mutuellement

Bel oiseau : Le pygargue à tête blanche

image « Baby Bald Eagle in nest (cropped) » par Wknight94 — Travail personnel. Sous licence CC BY-SA 3.0 via Wikimedia Commons -

****

Les petits restent longtemps dans le nid, de 70 à 92 jours.

Ils ont des prédateurs mais qui ne nuisent pas à la pérennité de l’espèce : mouettes, corbeaux, ours noirs, ratons laveurs.

Bel oiseau : Le pygargue à tête blanche

Reconnaître les juvéniles :

image « Haliaeetus leucocephalus 02318 » parWalter Siegmund — Travail personnel. Sous licence CC BY 2.5 via Wikimedia Commons -

Mœurs

En vol, il utilise les courants ascendants qui l’aident à se déplacer.

Sa vitesse peut atteindre 56 km/h eb vol plané et 70 km/h en vol battu.

Les oiseaux des régions méridionales migrent en fonction des courants, des ascendances et des ressources en nourriture.

**

image ci-dessous « Eagle In Flight (5506030075) » par vastateparksstaff — Eagle In FlightUploaded by AlbertHerring. Sous licence CC BY 2.0 via Wikimedia Commons -

Bel oiseau : Le pygargue à tête blanche
Pour les amérindiens

Aux EU et au Canada, le pygargue à tête blanche est un oiseau sacré pour de nombreux peuples.

Ils utilisaient leurs plumes pour les coiffes et les costumes des hommes médecines.

Les aigles en général sont considérés comme des messagers entre les esprits et les hommes, le fait qu’ils volent haut les rapprochent des esprits, il est associé aux esprits et aux visions.

De nos jours, le gouvernement américain n’autorise que les amérindiens à se servir de plumes de cet oiseau (bien souvent ils les trouvent au sol ou sur des animaux morts ou bien dans des nids abandonnés).

Les plumes servent dans les rituels de purification et de guérison, pour disperser les énergies néfastes et favoriser les énergies bénéfiques dans l’organisme du malade.

L'aigle ou pygargue est très important également au cours de la danse du soleil des amérindiens des plaines. Le chaman touche le mât qui sert à la danse avec une plume d'aigle qui a des vertus curatives pour lui transféré son énergie. La fourche située en haut du mât représente le ni d'aigle, animal précieux lors de cette danse car il sert d'intermédiaire entre les hommes et le soleil, volant le plus près de lui. Enfin, les sifflets qui servent pendant les danses sont en os d’aigle également et évoquent la voix de Wakan Tanka.

Recevoir une plume d’aigle est un signe d’honneur. Il symbolise la bravoure et la sagesse.

Lors des pow wow, si un danseur laisse tomber par mégarde une plume, le festival entier s’arrête et devra se tenir une cérémonie conduite par les aînés de sorte que la plume soit honorée de façon respectueuse.

Voir un aigle est toujours de bon présage : c’est une bénédiction et une reconnaissance, c’est un symbole positif.

Pour les indiens, chaque plume portée a un prix (c’est le prix gagné au combat quand on s’est comporté avec bravoure).

Lakotas : la plume d’aigle représente l’essence sacrée (elle est symbole de paix)

Pawnees : c’est un symbole de fertilité

Kwakwaka’wakw : ils éparpillaient les plumes au sol pour recevoir les invités de marque.

**

image ci-dessous « R.A. Whiteside - Smithsonian Institution - 2002 Powwow (pd) » par Smithsonian Institution from United States — 2002 PowwowUploaded by ComputerHotline. Via Wikimedia Commons - http://commons.wikimedia.org/wiki/File:R.A._Whiteside_-

Bel oiseau : Le pygargue à tête blanche
Bel oiseau : Le pygargue à tête blanche

De belles images ICI.

Almanito m'a envoyé le lien vers un site sur lequel on peut observer à tout moment un nid d'aigle.

Il s'agit de raptor ressource project

Sources : le très bon article de wikipédia

+ oiseaux.net

Comme le pygargue à tête blanche est l'un de mes oiseaux-symboles, ci-dessous un lien sur lequel se trouvent quelques poèmes :

Rédigé par caroleone

Publié dans #Les animaux de caro, #Les oiseaux

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
A
Voilà un document on ne peut plus complet! J'aime beaucoup les illustrations que tu as choisies, surtout celle du Pow Wow, magnifique.
Ce superbe rapace mérite bien l'attention que beaucoup lui porte. Menacé comme tu l'as dit, en plus de conditions de vies difficiles et d'une reproduction naturelle limitée.
C'est un vrai bonheur que de les observer au jour le jour sur le site de Decorah, on s'attache beaucoup à eux. Et puis les humains que nous sommes ne peuvent que s'attendrir devant cette fidélité jusqu'à la mort de ces couples.
Merci Caro, cet article est passionnant.
C
Bonjour Almanito,

Je ne pouvais pas passer à côté d'un tel compagnon de route qui doit être de plus, le premier animal à accompagner ma poésie. C'était un article facile à faire car la source existe, bien plus complète que ce que j'ai fais ici mais c'est un peu le but du jeu chez moi de dégrossir ce qui parfois me semble trop technique et redondant. Ce sont des oiseaux fascinants comme tous les rapaces et cela doit être magique que d'en voir dans le ciel, au-dessus de soit, comme le condor qui est très symbolique également. Les amérindiens ne s'y sont pas trompés en le choisissant comme animal sacré et en travaillant cette semaine sur la danse du soleil, j'ai trouvé d'autres utilisations des plumes d'aigle lors du rituel. J'aime bien les regarder à la web cam que tu m'as fait connaître, j'ai l'impression d'y être et avec leur nid, on prend une sacrée hauteur, c'est ce qu'il me faut en ce moment, je m'entoure de grands sommets et j'aime voir le monde comme si j'étais un oiseau. Même une petite mésange qui est mon oiseau familier me donne la sensation d'évasion quand je la vois partir, légère, dans l'arbre sans par ailleurs savoir où elle va se poser. J'aimerais être ainsi, partir et ne pas savoir où je me pose, c'est un rêve.