Pépère et mémé

Publié le 1 Janvier 2015

.......Souvenirs d'enfance......

 
 

 

Oui,

C’est ainsi

Qu’étaient leurs petits noms

A eux.

Non pas

Des surnoms américanisés

Mais de petits noms

Donnés par de petits enfants.

Pépère Pierrot

Râlait souvent dans son appentis.

Il disait des noms d’oiseaux

Interdits

Mais il avait bon cœur.

Dans son fouillis

Son capharnaüm

On trouvait toujours sa vie :

Des clous, des tuteurs pour faire des flèches

Des marteaux, des outils de toute sorte.

Rien ne semblait lui manquer .

Normal :

Il n’avait jamais fait l’inventaire.

Mémé Rose

Avait le surnom d’une Rose

Elle en avait la douceur de velours

Et des joues de rosée

Fraîches comme le firmament.

Jamais mémé Rose

Ne s’énervait.

A croire

Que lors de la distribution

Des cris, des colères et autres caractères

On l’avait oubliée.

Elle était gaie comme un pinson

Voyait toujours la vie du bon côté.

Pourtant,

La vie aurait dû être plus douce

Pour elle

Cette aimante.

Pourquoi lui avait-t-elle réservé

Des souffrances inutiles

Que je réserverais pour ma part

Aux méchants de ce monde ?

Pépère Pierrot corrigeait les copies.

Il faisait passer des examens aux apprentis :

Les zéros pleuvaient comme nuée d’étourneaux

Dans le cerisier.

Non pas qu’il était heureux

De distribuer des zéros

Ça l’énervait pour de bon

Cette ignorance

Lui qui souhaitait que chacun soit instruit.

Mémé rose tricotait

Et jouait aux dominos avec son Pierrot.

Elle savait jouer à la pétanque

Egalement.

Elle jardinait, sifflait comme un rossignol.

Elle savait tout faire.

Petite fille

Elle servait de bonne à tout faire

A ses parents.

On ne les porte pas dans notre cœur ici bas.

Elle élevait les nourrissons

Que sa mère prenait pour vivre

Elle élevait ses frères et sœurs

Elle faisait toutes les tâches féminines

Qui incombent à une vie en famille

Communautaire.

Tout reposait sur elle

Et jamais un mot tendre ou un merci.

Mémé Rose jeune fille était Cosette ou Cendrillon.

Quand elle rencontra son Pierrot

Son chemin de vie pris un autre cours.

Heureux.

 

Carole Radureau (04/01/2015)

 

 

Je l'édite ce petit texte, car j'ai déjà pas mal d'avance dans mes textes en ce début d'année, et celui-ci arrive quand je ne l'attendais pas.

Si cela vous intéresse, vous pourrez retrouver mes autres souvenirs d'enfance dans cette petite valise qui se nomme :

Ecrit à l'encre d'un cocon

C'est mon devoir de mémoire qui s'écrit au compte-goutte.

L'héritage de mes enfants et de ceux qui auront trouvé sympathiques les petites âmes que je m'évertue à faire vivre.

 

caro

Rédigé par caroleone

Publié dans #Mes anar-poèmes

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article