Le toboggan de la mort brune

Publié le 25 Novembre 2014

Poussez pas, poussez pas !
Chacun aura sa place
Sur le toboggan
De la mort brune.

Pourquoi être pressés
Chaque jour ajoute sa pierre
A l’édifice de la glisse
Et pourvoit au sacrifice complice.

Ils la voient venir
La mort brune bien droite
Dans sa fange
Et ils l’encensent
La cueillent bien ras
Pour lui laisser une tige conséquente
Qu’elle puisse durer le plus longtemps.

Ils l’accompagnent
La mort future qui assure
Elle les aidera à réguler
A fluidifier
A mettre en place
Le programme sanitaire
Compagnon de l’état totalitaire.

En spectateurs muets et morbides
On assiste à la préparation
De la méga planche à savon
Ça mousse, ça pique
Ça rentre dans les yeux
Dans les pores de la peau
Dressant les poils, effrayés bien hauts
Mais ça ne met pas l’arme au poing
Pour juguler la bête sauvage
L’empêcher de couver son œuf anthropophage.

Dormez tranquilles
Le flot suit son cours
Le cours sans méandres
De la rivière scolopendre
Et quand vous y baignerez
Surtout ne songez pas
A ressortir du trépas.

Carole Radureau (24/11/2014)

Rédigé par caroleone

Publié dans #Mes anar-poèmes

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :