Le Grand soir

Publié le 25 Septembre 2014

 

 

 

 

Est-il déjà passé le Grand soir ?

Je crois que j’ai dû le manquer.

On a raison d’y croire

D’y croire mais comment le réaliser ?

 

Nous avions des lumières plein les yeux

Les années ont passé

Passé si vite que les essieux

Ont rouillé. Le Grand soir est embourbé.

 

Vivrons-nous un jour le Grand soir ?

La poésie de la révolution : barricades et reprise de la nation ?

Serons-nous encore verts quand il naîtra

De ses cendres encore tièdes que la Commune sema ?

 

Le temps passe défilant à nos dépens

Et nos armes s’épuisent à cogner sans cesse

Sur un mur de béton et d’indigne indifférence.

Le temps passe profitant à nos bourreaux

Couteau dans la bouche prêt pour l’égorgement final.

 

Est-il déjà passé le Grand soir ?

Je crois que j’ai dû le rater.

Une vie passe vite et sans y croire

Vous aussi, vous l’avez manqué.

 

Ecrirons –nous encore les pages de la révolte

Habillées de slogans portés sur des drapeaux flambants ?

Des drapeaux rouge sang aux faucilles d’or et aux marteaux aguerris ?

Le Grand soir dans son tiroir

Attend qu’on l’éveille encore et qu’on le surprenne

dans un grand bruit :

La Révolution est à nos portes !

Ne jamais la laisser passer

Sinon, le diable l’emporte

Et tout est à recommencer.

 

Carole Radureau (25/10/2014)

Ce texte est libre de droit et diffusé sous licence creative commons

 

Rédigé par caroleone

Publié dans #Mes anar-poèmes

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article