Jaurès de Vladimir Maïakovski

Publié le 21 Août 2014

C'est novembre

                        mais la foule serrée

                                                       a très chaud.

Je suis là debout

                          et regarde longuement :

sur les pneus

                     devant moi

                                       roulent

de grosses boules

                            en tricornes.

Ayant lavé

                 leurs mains

                                   rougies par la guerre

et ayant soupesé

                           les chances

                                             des rouges

ils se sont mis en tête

                            un nouveau commerce :

ils veulent

              spéculer

                          sur Jaurès.

Ils diront aux travailleurs :

                                      Regardez

                                                    lui aussi

est avec nos grands hommes.

Jaurès

           un authentique français

ne dérangera plus

                             même

                                      au Panthéon.

Des flots

            de phrases larmoyantes

                                               sont prêtes à couler.

Une escorte

                 un quadrige 

                                   quel effet !

Ne bougez plus!

                       Dites

                              qui de vous

à tiré

       sur Jaurès

                      dans la devanture ?

Et maintenant

           vous êtes venus

                                  hurler à la mort.

Aie l'oeil

           classe ouvrière !

Camarade Jaurès 

                 ne te laisse pas

                                        assassiner

                                                        une seconde fois.

Pas question.

                  Dressant la forêt de mâts 

                                                         des drapeaux

soudant

          la foule

                  dans une seule houle

tonnant et vivant

                      comme avant,

                                           Jaurès

rejoint le Panthéon

                            par la rue Soufflot.

Il est présent

                 dans ces cris qui montent,

dans ces drapeaux

                          dans ces pas

                                            dans ces dos

déformés par le travail.

"Vivent les soviets!

                            A bas la guerre !

Capitalisme, à bas !"

Et voilà  

          une flamme accourt

                                       et brûle

et le chant

               rougeoie

                            sur les lèvres.

Et il semble

                 qu'à nouveau

                                dans la fumée

                                                    les canoniers

montent

           vers les forts de Paris.

On me pousse

                     le dos

                            contre une vitrine

et voilà

que les ombres

                     sont sorties

                                       des livres.

Et de nouveau

                    l'année 71

se lève

           des pages bruissantes.

Une montagne 

                     de poitrines

                                       pourrait se soulever.

Un cri

        de colère :

"Qui ose dire

                    que nous

                                 en 17

nous avons trahi

                         le peuple français ?

Mensonges

               nous sommes avec vous

                                                  Français en blouse d'ouvrier.

Oubliez

            cette calomnie affreuse

Sur toutes les barricades

                                     nous sommes vos alliés

Ouvriers du Creusot

                              ouvriers de chez Renault !

 

 

Vladimir Maïakovski ( Ecoutez si on allume les étoiles......

 

 

Un petit hommage en retard pour Jaurès.

                                   

Rédigé par caroleone

Publié dans #La poésie que j'aime

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
M
jamais en retard ! merci pour cet hommage.
C
Je n'avais pas eu le temps de préparer un article hommage cette année (je l'avais fait l'année dernière avec un an d'avance, c'est tout moi)
Mais heureusement la poésie est toujours là.

Amitiés

caro