Chansons reprises : Le chant des hommes

Publié le 3 Août 2014

Chansons reprises : Le chant des hommes

Un poème du grand poète turc Nazim Hikmet qu'il écrivit en 1960 et qui figure dans le recueil Il neige dans la nuit.

Je vous propose une première version de Jacques Bertin qui l'a dénommée Les chants des hommes paru en 1982,Texte de Nazim Hikmet, sur une musique d'André Grassi.
Orchestration et direction : Didier Levallet.
Grand Prix du disque de l'Académie Charles Cros 1983.

Puis une version de Ajda Ahu Giray traduite par Guzine Dino.

Leurs chants sont plus beaux que les hommes,
plus lourds d'espoir,
plus tristes,
et plus longue est leur vie.

Plus que les hommes j'ai aimé leurs chants
J'ai pu vivre sans les hommes
jamais sans les chants ;
il m'est arrivé d'être infidèle
à ma bien aimée,
jamais au chant que j'ai chanté pour elle ;
jamais non plus les chants ne m'ont trompé.

Quelle que soit leur langue
j'ai toujours compris les chants.

En ce monde,
de tout ce que j'ai pu boire
et manger,

de tous les pays où j'ai voyagé,
de tout ce que j'ai pu voir et entendre,

de tout ce que j'ai pu toucher
et comprendre,
rien, rien
ne m'a rendu jamais aussi heureux
que les chants, les chants des hommes...

Nazim Hikmet 1960

Rédigé par caroleone

Publié dans #chansons reprises

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
H
Bonsoir Caro

C'est vrai qu'il est beau ce poème.
Des deux versions que tu nous propose, je préfère celle de Ajda Ahu Giray , mais je les trouve un poil cérémonieuses. Hikmet n'aimait-il pas avant tout la simplicité ?
La première fois que j'ai lu ce poème, les images qui se sont imposées à moi, sont celle d'un film, Dersu Uzala, et voici l'extrait auquel je pense plus particulièrement :

https://www.youtube.com/watch?v=XOfd8UzQn3w

Encore une histoire d'aigle et de liberté ! ;-)

Bisoux
Serge
C
Bonjour Serge,

Je suis bien d'accord avec toi ces deux versions sont un peu trop "coincées" et j'ai été déçue de ne pas en trouver de plus harmonieuses pour mettre en avant les mots de Nazim. Malgré tout je voulais que ces paroles figurent dans la série.
Merci pour l'extrait du film, c'est très beau, simple et beau.
Comme on aime.
Oui, l'aigle de la liberté et ses petits compagnons ailés qui doivent venir à sa rescousse n'en a pas fini de couvrir la terre de ses tires d'ailes éduqués.

Bises et bonne journée

caro