Que s’éveille le bûcheron : Paix à la guerre

Publié le 9 Juillet 2014

Que s’éveille le bûcheron : Paix à la guerre

Poésie à deux mains,

Pour la paix en Palestine

Pour la mémoire de Pablo mon compagnon de route qui fête ses 110 ans le 12 juillet.

*******

Stoppez les chars, stoppez les tirs,

laissez marcher les drapeaux de la liberté

portés par les enfants menus.

Effacez du mur les sanglots sanguinolents

d’une barrière qui dans l’injustice puise son crime renaissant.

Paix à la guerre qu’elle se taise à jamais.

Paix sur la terre et sur les hommes,

qu’ils marchent ensemble unis telle une chaîne de vie.

Que s’éveille le bûcheron : Paix à la guerre

La loi du talion n’a pas de raison.

La loi du talion prend 10 yeux pour un œil volé.

Elle coupe 10 mains pour une seule prise dans le sac.

Elle assassine dans le ventre les nouveau-nés

et abat les maisons sur les êtres endormis.

Œil pour œil : un enfant vaut dix adultes,

Sa sentence est la même que le criminel exercé.

Dent pour dent : un enfant brûle sur le bûcher:

Vengeance ! crient-ils à gorge déployée.

Mais qui était le coupable ?

Ca on ne le saura jamais

Que s’éveille le bûcheron : Paix à la guerre

La paix n’est pas une graine qui germe facilement.

Pour la semer il faut de la patience et de la tolérance.

La graine de la paix ne pousse pas sur les terres arides,

Ni sur les sols irrigués par le sang.

Il faut un labour profond d’une charrue libérée de ses chaînes

Puis un semis léger, fluide tel le vent chaud de l’été

Qui souffle sur les visages l’air de l’amour infini.

Que s’éveille le bûcheron : Paix à la guerre

Paix à la guerre, qu’elle se taise enfin.

Paix pour les enfants qu’ils vivent leur vie d’enfants.

Que s’éveille le bûcheron.

Que marchent, souriant et chantant,

le jeune blanc, le jeune noir,

contre les murs aux pierres d’or,

contre le fabricant de haine,

contre l’exploiteur de leur sang.

Souriant, chantant et triomphant.

Que s’éveille le bûcheron : Paix à la guerre

Que s’éveille le bûcheron.

Que de sa hache soit coupé le nerf de la guerre,

que de sa force soit abattu le mur de la honte

et que sa tendresse coule tel le miel de fleur d’oranger

sur les têtes aux épis joyeux des peuples reconnus.

Que s’éveille le bûcheron : Paix à la guerre
Carole Radureau et Pablo Neruda (09/07/2014)

Extrait de Pablo Le chant général, Que s’éveille le bûcheron

Rédigé par caroleone

Publié dans #Mes anar-poèmes

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article