Fusilamiento

Publié le 8 Mars 2014

On va fusiller 
un homme dont les bras sont liés.. 
Quatre soldats sont là 
pour tirer. 
Ce sont quatre soldats 
muets, 
ils sont ligotés, 
comme l'homme ligoté qu'ils s'apprêtent 
à tuer. 
- Peux-tu t'échapper ? 
- Je ne peux pas courir ! 
- Ca y est, ils vont tirer ! 
- Qu' allons-nous faire ! 
- Peut-être les fusils ne sont-ils pas chargés... 
- De six balles de plomb féroce ! 
- Peut-être ces soldats ne vont-ils pas tirer ! 
- Quel monumental imbécile tu fais  ! 
Ils ont tiré 
(Comment ont-ils pu tirer ?) 
Ils ont tué. 
(Comment purent-ils tuer ?) 
C'était quatre soldats 
muets, 
un bel officier 
leur fit signe en abaissant son sabre ; 
c'était quatre soldats 
attachés, 
tout comme l'homme 
que tous les quatre ont tué. 

 

Nicolas Guillen (1902-1939) 
 


Cantos para soldados y sones para turistas (1937)

 

Merci à Francis Moletta pour son aide à la traduction

 

source : Espagne au coeur

 

Image Tres de mayo Goya

Fusilamiento

Rédigé par caroleone

Publié dans #La poésie que j'aime

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
S
Cela reste une de mes grandes questions restée sans réponse à jamais : "Comment les soldats de 1914 ont-ils pu fusiller leurs camarades, pourquoi aucun peloton d'exécution n'a-t-il eu l'idée simple de tirer à côté" ? Comment l'embrigadement peut-il faire perdre toute humanité aux hommes ? Aura-t-on un jour la réponse ?
Bises Caro.
C
Bonsoir Serge,

Moi aussi je me demande comment on peut pousser les êtres à devenir de simples marionnettes sans âme ni cœur......je ne sais pas comment j'aurais agi à leur place car on y est pas mais à brûle- pourpoint les coups partaient dans le mur, déjà à cause du stress. Mais parfois, on peut agir avec désespoir aussi et tourner l'arme contre les chefs !!
Je me demande s'ils ne donnaient pas des drogues aux soldats.....en tout cas, j'imagine comment on doit se sentir au retour de guerre en ayant fusillé ses camarades.

Bises et bonne soirée

caro
L
Oui, parfois, les fusilleurs ne savent pas qu'ils sont dans le même camp que les fusillés.
Amitiés.
Roger
C
Bonjour Roger,

Quelle horreur fait-on faire aux hommes quand on y pense !!

Amitiés

caro