Bernard Lavilliers : Paris redingote de plomb

Publié le 24 Mars 2014

Ici à la Fine fleur de la chanson française, Bernard, 21 ans chante un superbe texte : la voix déjà puissante et sombre laisse augurer le magnifique chanteur en devenir.

Paris redingote de plomb
Pèse aux épaules d’argiles
Plus d’un poète auprès des ponts
A trouvé les temps difficiles
On a vu plus d’un page blond
Se transformer en hirondelle
De cette étrange mutation
M’est resté une ritournelle

Tant pis je crèverai pour rien
Avec un goût de stratosphère
Je crèverai sur mes deux poings
Avec un cœur gros comme la terre
Je crèverai comme un mirage
En laissant mes mains près de vous
Il me semble en tournant la page
Que tu as les yeux un peu flous

Au cabaret de la grand veille
On voit de toutes les couleurs
En noir en rose et puis en crème
Comme ce beau matin de carême
Deux heures le bourgeois s’attendri
Deux heures le bourgeois devient triste
Deux heures les bourgeois est ravi
Une heure de plus c’est un artiste

Tant pis (…) un peu flous

Une route s’ouvre devant
On dit la dernière maxime
On se retrouve sous l’auvent
Mâchonnant quelques vieilles rimes
L’aube me pousse en se levant
Et je m’en vais courbant l’échine
Et mon écharpe en dérivant
Se prend pour une algue marine

Rédigé par caroleone

Publié dans #Chanson non crétinisante

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
F
Une voix remarquable et mature avec une articulation parfaite.. il promettait effectivement ce jeune chanteur. Un talent dans l'écriture qui est allé crescendo. Bravo pour cette trouvaille Caro. En outre il n'a jamais faibli dans ses convictions et ça c'est aussi notable. Bisous
C
Bonjour Fanfan,

Il m'a scotchée et j'ai trouvé les paroles remarquables et très fortes pour un jeune homme. C'est sûr qu'il ne pouvait qu'arriver là où il est et comme tu le dis en ne reniant pas ses convictions et ses engagements tout comme Ferrat. J'ai un attachement particulier pour Lavilliers car il est de la région de St Etienne (Sainté comme ils disent là-bas) tout comme mon père.

Bises et merci de ta visite

caro