Etats-Unis : Le peuple Ohlone ou Costanoan

Publié le 25 Février 2014

                                                 image

 

Première nation américaine du nord de la Californie qui vit le long de la côte pacifique, dans la région de San Francisco.

Population : 1500 (chiffre 2000)

Langue : sous-famille costanoane (langue éteinte)

Les mutsun qui avec les muwekma sont les derniers groupes ohlones survivants tentent de faire revivre leur langue de nos jours.

Autre nom : costanoan

Le nom ohlone veut dire : « le peuple de l’ouest »

Ils étaient chasseurs cueilleurs sédentaires, ne pratiquant pas l’agriculture ni l’élevage avant l’arrivée des colons.

image babbage (langues ohlones)

Région d’origine

Elle comprenait la péninsule de San Francisco, la vallée de Santa Claran Sant Cruz, la région de Monterey, l’actuel comté d’Alameda, la contra Costa county et la vallée de Salinas.

Bribes d’histoire

Les traces archéologiques attestent de leur présence dans la région de San Francisco il y a de cela plus de 5000 ans.

Ils étaient les premiers habitants de cette région, la Californie étant peuplée depuis plus de 13.000 ans par des tribus amérindiennes (250 tribus).

Environ 10.000 indiens peuplaient le territoire californien le long de la côte de Monterrey à San Francisco avant l’arrivée des colons.

L’arrivé des colons provoque des migrations ou des guerres entre tribus pour contrôler le commerce. C’est la volonté expansionniste des colonies britanniques, puis la conquête de l’ouest avec la ruée vers l’or qui vont provoquer en plus des épidémies le déclin des peuples premiers.

En 1776, l’expédition de franciscains conduits par Josef Joachin Moraga qui fonde la mission Dolorès rencontre les ohlones qui sont amicaux et répondent aux pacotilles données par les missionnaires par des cadeaux de coquillages et de plantes comestibles.

A l’arrivée des espagnols les ohlones vont progressivement être déplacés vers les terres de la vallée de Carmel. Le dernier orateur de la langue ohlone est mort dans cette réserve.

Quelques données sur leur mode de vie

La cueillette, la base de l’alimentation

Les femmes récoltaient les graines sauvages et les glands. Les glands constituaient la base de leur alimentation. Elles ébouillantaient la farine pour en extraire le tanin. Les espèces végétales étaient réparties grâce au feu sur le brûlis et seules se reproduisaient les herbes et les graminées destinées pour la pâture des hardes de gibier et les récoltes des femmes. Ils récoltaient également des baies, des noix, des graines. Ils utilisaient un mortier et un pilon pour broyer et brasser les aliments.

Ils savaient greffer les saules pour obtenir des jets droits pour confectionner les paniers.

Les espagnols dès leur arrivée coupèrent les chênes qui produisaient les glands nécessaires aux indiens, mirent du bétail sur les terres où broutaient les cerfs et les antilopes et les indiens durent peu à peu se rapprocher des missions.

La vallée de Santa Clara était une région fertile, riche en eau et en biodiversité, ce qui plu très tôt aux ohlones. Les rivières leur fournissaient des poissons : truites, saumons, esturgeons…

La chasse était celle du cerf, de l’antilope, du wapiti, des lapins, du gibier d’eau qui en plus de la viande leur fournissait les plumes et la fourrure.

En se déplaçant le long de la côte ils ramassaient des coquillages : ormeaux, moules, huitres, palourdes.

Les 50 tribus ohlones (de 50 à 500 membres chacun) étaient organisées en villages autonomes et indépendants structurés en classes sociales avec un chef pour diriger. Le rôle de chef était transmis par succession héréditaire et il pouvait être tenu par une femme. Les villages interagissaient pour ce qui est du commerce, des mariages, des cérémonies, du règlement des conflits.

La religion était animiste, celle du culte kuksu, un culte masculin hiérarchisé. Kuksu est un être surnaturel bienfaisant. Le lieu de culte était une maison commune à demi enterrée et séparée.

Le folklore ohlone fait état de la culture du coyote malin et rusé, de celle de l’aigle et du colibri. Les êtres humains, eux, descendent du coyote.

La vannerie était importante au niveau utilitaire et performante.les paniers servaient à stocker les aliments, à les transporter et à la cuisson.

La corde était fabriquée avec des tendons, les flèches en os ou en pierre aiguisée.

Dans le sud de la baie de San Francisco vivaient les muwekma. Les hommes étaient nus, portant soit la barbe ou bien étant entièrement épilés, les femmes portaient une jupe de raphia. Les temps de grand froid ils se couvraient avec une cape de fourrure et de plumes. Les femmes portaient des perçings aux oreilles et au nez, les hommes étaient tatoués.

image jessemonroy650

 
Les maisons

Dans les vallées elles étaient en forme de dôme fabriquées en fibres tressées d’1,80 à 6 mètres de diamètre.

Dans les collines riches en bois, elles étaient coniques et construites avec l’écorce de séquoia attachée à un cadre en bois.

Il y avait une loge à sudation avec des murs et un toit de terre.

Groupes ohlones contemporains
  • Muwekma ohlone tribu ( Baie de San Franciso) 397 membres, descendants en partie des indiens baptisés dans les missions de Dolorès, Santa Clara et San José.
  • Amah-mutsun bande de ohlone- costanoan ( Woodside) 500 membres, descandants des peuples baptisés à la misson de San Juan Bautista
  • Esselen nation ohlone-costanoan (Monterey et comté de San Benito) 500 membres, descendants des missions de San Carlos et De Soledad, connus aussi sous le nom de Bande de Monterey.
  • Costanoan bande de Carmel mission (Monrovia)
  • Costanonan ohlone rumsen –mutsen tribu ( Watsonville)
  • Costanoan –rumsen carmel Tribu (Pomona, Chino)
  • Indian canyon band of costanoan indine mutsun(près de Hollister)

Sources : wikipédia, arizona dream

Rédigé par caroleone

Publié dans #ABYA YALA, #Californie, #Peuples originaires, #Ohlones, #Costanoan

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article