Le cheval est tombé du poème

Publié le 17 Janvier 2014

Le cheval est tombé du poème.
Les Galiléennes étaient trempées
de papillons et de rosée,
qui dansaient sur les marguerites des prés.

Les deux absents : toi et moi,
moi et toi, les deux absents.

Deux blancs époux de mouettes
conversent de nuit sur les branches des chênes.

Pas d'amour, mais j'aime
les poèmes d'amour
anciens qui protègent
la lune souffrante, de la fumée.
Poussées et tirées, tel le violon dans les quatuors,
je m'éloigne de mon temps
quand je me rapproche
Des reliefs du lieu...

Plus de place dans la langue moderne
pour fêter ce que nous aimons,
tout ce qui adviendra... fut.

Le cheval est tombé, baignant
dans mon poème
et moi je suis tombé, baignant
dans le sang du cheval...

Mahmoud Darwich,Extrait de Le cheval est tombé du poème dans Ne t’excuse pas, éditions Actes Sud 2006, page 34

Rédigé par caroleone

Publié dans #La poésie que j'aime

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
H
Attention chef d'œuvre !!
Darwich est décidément un magicien.
Merci pour ce superbe partage

Bisoux
Serge
C
Bonsoir Serge,

Oui-oui, magicien, c'est le mot.....j'adore ce poète, c'est tellement beau ce qu'il écrit, j'aimerais qu'il me prête sa muse de temps en temps pour parfumer ma poésie et l'attendrir .
Lire Mahmoud Darwich c'est un grand bonheur et un grand privilège.
Bisoux et bon dimanche soir

caro