MEXICO : Des collectifs internationaux exigent la libération immédiate de Mario Gonzáles

Publié le 13 Décembre 2013

MEXICO : Des collectifs internationaux exigent la libération immédiate de Mario Gonzáles

En copie à :

Dr.Miguel Angel Mancera
Chef du gouvernement de la ville de Mexico
Lic. Rodolfo Fernando Ríos Garza
Procureur Général de la Justice de la Ville de Mexico

9 Décembre 2013

Les collectifs signataires de cette lettre, depuis nos différents lieux et
géographies, exigeons la libération immédiate de Mario González, un jeune
injustement arrêté le 2 octobre dernier.

Nous considérons son emprisonnement et sa persécution comme un acte de
criminalisation des jeunes, des anarchistes et de toutes celles et ceux
qui lèvent leurs voix et se rebellent face au système capitaliste.

Nous sommes informés de sa détention et de son procès en justice qui a
été, depuis le début, plein d’irrégularités et de graves violations de ses
droits humains. En plus, pour nous, il est clair que cette punition
imposée à Mario est une façon de faire un exemple, de montrer la main de
fer qui s’abattra sur toutes celles et ceux qui ne seront pas en
conformité avec les voies « institutionnelles » et sur toutes celles et
ceux qui pensent et agissent autrement. Le lynchage médiatique ainsi que
la répression déclenchée par le nouveau PRI deviennent les fondements d’un
système marqué par l’autoritarisme d’Enrique Peña et ses reformes
structurelles, la violence employée et la poursuite du pillage des
territoires indigènes et paysans.

Mario est resté en grève de la faim pendant 56 jours pour exiger sa
libération, il a perdu lors de celle-ci plus de 16 kilos et son état de
santé s’est gravement détérioré. Tout ceci n’a guère touché la juge qui, à
deux reprises, a suspendu les audiences en raison de l’absence des
policiers qui avaient été cités à comparaître. La prochaine audience aura
lieu le 10 décembre.

Peu à peu nous sommes de plus en plus nombreux à voir en Mario un exemple
de lutte et de dignité. Peu à peu nous sommes de plus en plus nombreux à
exiger sa liberté.

Les trois passants, Paris, France
CGT - État espagnol
Gruppe B.A.S.T.A., Munster, Allemagne
Comite de La Palabra Verdadera, Oeste de Colombia
UK Zapatista Translation Collective
Dorset Chiapas Solidarity Group
South-West England Committee of the True Word
red YA-BASTA-NETZ d’Allemagne
Centro de Documentación sobre Zapatismo -CEDOZ- État espagnol
Plataforma de Solidaridad con Chiapas y Guatemala de Madrid
Asociaciòn Ya Basta! Milano, Italie
Comitato Chiapas “Maribel” – Bergamo, Italie
ASSI( Acción Social Sindical Internacionalista)État espagnol
Plataforma de Solidaridad con Chiapas de Aragón
Grupo Cafez, Belgique
London Mexico Solidarity Group
Asociaciòn Ya Basta! Milano, Italie
Wellington Zapatista Support Group, Nouvelle Zélande
Latin America Committee, Nouvelle Zélande
la Pirata (nomads Bologne, Berlin, colectivo zapatista lugano, Suisse,
Colectivo nodo solidale Rome et Mexique)
Pozol Colectivo, Chiapas
Manchester Zapatista Solidarity Group
Caracol Solidario, Besançon, France
Comité de solidarité avec les peuples du Chiapas en lutte(CSPCL),France

INDIVIDUS
Julie Webb-Pullman,Nouvelle Zélande
Will Simpson, UK
Andrew Green, UK
Xochitl Leyva (Chiapas)
Rita Valencia (Chiapas)
Anika Meckesheimer, Albert- Ludwigs- Universität Freiburg, Allemagne Elena
Grillenzoni (France)

Source:http://dorsetchiapassolidarity.wordpress.com/

Traduit par les trois passants et Caracol Solidario

Plus d'infos: http://liberonsles.wordpress.com/

Rédigé par caroleone

Publié dans #prisonniers politiques

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article