L'affaire Kimyongur en 4 dates

Publié le 27 Décembre 2013

La saga dont est victime Bahar Kimyongür connaît de multiples rebondissements.
Pour affronter 2014 et ses échéances judiciaires, il paraît utile de conserver à l'esprit la chronologie des événements qui se sont déroulés ce dernier semestre en Espagne et en Italie.

- 17 juin 2013 : sur ordre de la Turquie qui réclame son extradition, Bahar est arrêté à Cordoue alors qu'il passe des vacances en famille. Après 3 jours d’incarcération, Madrid accepte de le remettre en liberté moyennant le versement d'une caution de 10 000 euros. Bahar rentre en Belgique dans l'attente d'une convocation de la justice espagnole, de l'examen par l'Audience Nationale de la demande d'extradition turque.

- 9 octobre 2013 : Bahar se rend à une audience « technique », « formelle » à Madrid.

Aujourd'hui, le citoyen belge peut être convoqué à n'importe quel moment par l'Espagne, qui doit décider si elle l'extrade ou non vers la Turquie.

- 21 novembre 2013 : sur base du même mandat d'arrêt international délivré par Ankara, Bahar est interpellé en Italie où il se rendait pour donner une conférence sur la situation en Syrie. Il est incarcéré 13 jours durant à la prison de Bergame.

- 3 décembre 2013 : La Cour d'Appel de Brescia ordonne son assignation à résidence. Bahar est obligé de demeurer dans la localité de Toscane de Marina Di Massa, en attendant que la Cour statue sur son sort en se prononçant sur la demande d'extradition turque.

Ainsi, à l'heure actuelle, Bahar Kimyongür est bloqué en Italie. En 2014, ce pays (tout comme l'Espagne) devra décider de l'extrader ou non vers la Turquie.


Pour suivre l'actualité de l'affaire Kimyongür : https://fr-fr.facebook.com/SoutienABaharKimyongur

Pour se remémorer les grandes étapes d'une décennie d'acharnement turc à l'encontre de Bahar : http://www.leclea.be/

L'AFFAIRE KIMYONGÜR EN 4 DATES

La saga dont est victime Bahar Kimyongür connaît de multiples rebondissements.
Pour affronter 2014 et ses échéances judiciaires, il paraît utile de conserver à l'esprit la chronologie des événements qui se sont déroulés ce dernier semestre en Espagne et en Italie.

- 17 juin 2013 : sur ordre de la Turquie qui réclame son extradition, Bahar est arrêté à Cordoue alors qu'il passe des vacances en famille. Après 3 jours d’incarcération, Madrid accepte de le remettre en liberté moyennant le versement d'une caution de 10 000 euros. Bahar rentre en Belgique dans l'attente d'une convocation de la justice espagnole, de l'examen par l'Audience Nationale de la demande d'extradition turque.

- 9 octobre 2013 : Bahar se rend à une audience « technique », « formelle » à Madrid.

Aujourd'hui, le citoyen belge peut être convoqué à n'importe quel moment par l'Espagne, qui doit décider si elle l'extrade ou non vers la Turquie.

- 21 novembre 2013 : sur base du même mandat d'arrêt international délivré par Ankara, Bahar est interpellé en Italie où il se rendait pour donner une conférence sur la situation en Syrie. Il est incarcéré 13 jours durant à la prison de Bergame.

- 3 décembre 2013 : La Cour d'Appel de Brescia ordonne son assignation à résidence. Bahar est obligé de demeurer dans la localité de Toscane de Marina Di Massa, en attendant que la Cour statue sur son sort en se prononçant sur la demande d'extradition turque.

Ainsi, à l'heure actuelle, Bahar Kimyongür est bloqué en Italie. En 2014, ce pays (tout comme l'Espagne) devra décider de l'extrader ou non vers la Turquie.


Pour suivre l'actualité de l'affaire Kimyongür : https://fr-fr.facebook.com/SoutienABaharKimyongur

Pour se remémorer les grandes étapes d'une décennie d'acharnement turc à l'encontre de Bahar : http://www.leclea.be/

Rédigé par caroleone

Publié dans #prisonniers politiques

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article