Rougeur de l’automne

Publié le 14 Novembre 2013

Rougeur de l’automne

Où vas-tu chercher ta couleur

La puissance de tes tons

Le feu qui aux joues jette l’ardeur

La confusion et les frissons ?

Rougeur de l’automne

Est-ce au cœur du grenat

Que tu plonges ta trompe ravie

Dans sa veine de baccarat

Sa lumineuse et sanglante vie

Rougeur de l’automne

Ou bien puises-tu dans le rubis

Une goutte au cristal de sang

Une chaude lueur qui scintille

Habille les parures de diamants

Rougeur de l’automne

Comment fais-tu pour colorier

Les feuilles de l’érable du japon

Le rendre violemment suspect

D’avoir saigné tout l’horizon

Rougeur de l’automne

Est-ce au plus profond de la terre

Que tu déniches ton vermillon

Dans l’histoire aux échos de la guerre

Qui de sa cruauté sans pardon

Rougeur de l’automne

Affiche sur nos feuilles de novembre

Le miroir des deuils qui espère

Un jour trouver la paix de l’ambre

Au goût sucré du miel prospère

Ce texte est libre de droit et diffusé sous licence creative commons
Carole Radureau (14/11/2013)

Rédigé par caroleone

Publié dans #Mes anar-poèmes

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
H
Bonjour Caro

Minéral à souhait, comme on aime.
J'aime beaucoup le rythme de ce poème. On pourrait presque le chanter sur la musique de "Ma France" de Ferrat !
Bravo et merci

Bisouxx

Serge
C
Bonsoir Serge,

Je suis contente qu'il te plaise, il était là devant moi comme une évidence.
Tiens, j'aime bien quand j'écris comme ça (je me fais des fleurs tu vois), ce n'est pas si souvent que ça que j'y arrive.
Les ptits cailloux m'inspirent comme tu le sais, même ceux qui ont de l'éclat mais juste pour leur couleur.

Bisouzaussi et bon début de semaine

caro